C'est vous qui le dites

Confessions d’un vortex affectif

Non, Mesdames Messieurs, je ne suis pas en vacances. Je bosse. Et ce qui rend la publication d’articles sur le blog particulièrement difficile par rapport à l’année dernière, c’est que j’ai du vrai boulot, dans lequel j’ai des choses importantes à faire, et donc je ne peux pas me contenter d’écrire des articles pour le blog à longueur de journée.

Mais avouez que l’article qui explique le sondage de juillet, vous l’attendiez avec impatience, non ? Un sondage sur les démonstrations d’affection en public. Etrange, comme choix de thème, non ? Pas tant que ça en fait. Confession : je suis un vortex affectif. J’adore les câlins. J’adore toucher les mecs, j’adore me blottir dans leurs bras. C’est nul comme trait de caractère pour une fille dont le célibat est inscrit dans l’ADN, pas vrai ? Mais j’assume. Je cherche des solutions de secours. J’ai notamment un très bon ami que j’appelle mon « hug friend ». Quand je suis avec lui c’est ma source de câlins. On se tient la main, il me fait des bisous sur le front, il me prend dans ses bras, il me fait des bisous magiques quand j’ai un coup de soleil. Trop chouette. Il ne se passera jamais rien de plus entre nous (non, non, personne ne s’est fait friendzoner, j’ai mes raisons de croire qu’il ne veut pas qu’il se passe quoi que ce soit entre nous non plus, raisons que je n’étalerai pas sur le blog parce que je pense qu’elles ne sont pas très importantes à l’histoire).

Bref. Quand je suis avec mon hug friend, on se fait des câlins. Indépendamment de si on est en public ou pas. Evidemment, c’est mon hug friend et non mon mec, donc tout ça reste pas très démonstratif. Il va pas me rouler des gros palots devant tout le monde, ni me mettre la main dans le soutif, ni me faire des fessées. On a quelques limites, quand même. Mais outre le fait qu’on ne le fait pas parce qu’on ne sort pas ensemble, on ne le fait pas parce que ce n’est respectueux envers personne.

Pour prendre un exemple moins ambigu, quand j’étais avec F., c’était pareil : j’étais un vortex affectif (et il adorait ça, ou en tout cas il faisait semblant – on sait jamais vraiment avec lui). Et on avait un comportement affectif en public. Mais je ne lui grimpais pas sauvagement dessus, je ne le léchais pas, je ne lui roulais pas d’énormes pelles. Bon, ça lui arrivait discrètement de me squeezer les fesses sous mon manteau, oui. Mais c’était à chaque fois tellement bref que je doute que ça ait mis mal à l’aise qui que ce soit.

Parce que, finalement, c’est très important de trouver cette frontière entre ce qui est « mignon » et ce qui est « baveux ».

« Mais en général ça part en étalage de bonheur, avec des langues bavent, des “mon bébé je t’aime” avec des regards de bovins et des mains qui glissent sous le jean pour attraper un postérieur. Et ça NON ! Votre vie privée n’intéressent pas les inconnus que vous croisez dans la rue ni vos proches, épargnez leurs yeux fatigués, merci.
D’ailleurs c’est rigolo car dès qu’on conteste on passe pour des frustrés du gland, mais les gens qui s’affichent en public de cette manière ne cherchent-ils pas à nous/se prouver quelque chose ? »

« Alors, j’ai répondu ” trop mignon” MAIS je rajouterais : quand ça reste dans une certaine mesure.
Je trouve mignon des personnes qui se font des petits bisous, se frôlent, se tiennent la main… Quand c’est tout un cinéma je trouve ça nul.
Généralement, ceux qui en font des tonnes, c’est que c’est pas forcément la fête dans leur couple …
Mon Homme et moi ne sommes pas des “démonstratifs”. En public, un ptit bisou à la rigueur mais c’est tout. On ne fait pas le spectacle quoi. Je trouve ça ridicule. »

C’est vrai que deux personnes qui marchent en se tenant la main, ou une fille qui est dans les bras de son copain, personne ne va les regarder. Enfin normalement. Alors que forcément, les marques d’affection un peu « excessives », ça va attirer les regards et là les opinions varient. Il y aura ceux que ça va écœurer, ceux qui s’en foutront. Mais il y aura rarement ceux qui trouveront ça mignon. Parce qu’on aura passé la frontière entre le mignon et le baveux.

Après, qu’en est-il de l’angle que je voulais traiter à la base, à savoir celui de si c’est plus relou pour les célibataires ou si c’est pareil pour tout le monde ? Finalement ça ne donne pas grand-chose. En fait, le degré des papouilles est plus un facteur dans votre capacité à les supporter que votre célibat ou non. Au niveau des commentaires en tout cas. Parce qu’au niveau des votes, cela semble jouer un rôle. Au niveau des votes, pour 49% la réponse a été « ça dépend de si je suis en couple ou non ». (pour le reste, 31% de « écœurant » et 20% de « trop mignon », si vous voulez tout savoir) En revanche, au niveau des commentaires, presque personne ne parle de la différence couple/célibat.

Au niveau des commentaires, j’ai juste eu droit à :

« Je pense que notre réaction dépend aussi de la proximité que l’on a avec le couple. Si c’est un couple que l’on croise dans la rue, cela ne fait que nous rappeler que l’on est seul. Pas grand-chose de plus, un peu d’envie, on passe notre chemin.
Lorsque l’on côtoie des couples qui se sont formé dans notre entourage, c’est souvent pire puisque on a vu le couple se former sous nos yeux, du coup on se met à se demander qu’est-ce qui cloche chez nous pour que cela ne nous arrive pas. »

La personne qui a écrit ce commentaire ressent donc de l’envie à l’égard des gens qu’elle croise qui sont en couple. Intéressant ! C’est dommage que plus de gens ne m’aient pas parlé de cette envie, étant donné les résultats des votes. Pour moi, cette envie est tout à fait naturelle : bien qu’étant une célibataire endurcie, je suis, comme je l’ai dit plus haut, un vortex affectif, et je ressens naturellement de la jalousie quand je vois des gens marcher main dans la main dans la rue, se faire des bisous. Je me dis que je dois aller chercher mon hug friend pour avoir ma dose d’affection tandis qu’à l’autre fille, il lui suffira simplement d’aller voir son copain.

Normal, quoi.

Maintenant qu’en est-il de la proximité qu’on a avec le couple ? J’avoue que je n’avais pas pensé à cette idée, mais maintenant qu’elle a été judicieusement abordée par la lectrice, je me dis que finalement ce n’est pas faux. Personne ne va passer sa soirée à déprimer après avoir croisé un couple d’inconnus dans la rue, pas vrai ? En revanche, passer sa soirée à déprimer parce que notre meilleure amie a trouvé ZE mec parfait tandis que nous, on est en couple avec nos chaussures… sounds familiar ?

L’affection, c’est compliqué… beaucoup plus que l’amour, en fait. L’amour, on aime ou on n’aime pas. On contrôle ses sentiments ou on prend le risque de se faire larguer comme une merde. C’est simple, finalement. L’affection, c’est plus compliqué. A qui la donner ? A son hug friend ? A sa meilleure amie ? Combien peut-on en donner avant que ça ne devienne ambigu ? Si on en donne à son copain (et que donc la question d’ambiguïté disparait), jusqu’où peut-on aller en public ? Jusqu’où peut-on aller tout court avant que notre copain ne nous dise « lâche-moi, tu me soûles » ?

Tant de questions pour un si petit câlin…

N’oubliez pas de voter au sondage d’août!

Vous pourriez aussi aimer...

7 Commentaires

  1. pasdbol dit :

    m’en fous j’ai mes chats :D

  2. nylonmode dit :

    J’aime embrasser quand je veux, où je veux !

    Mais plus encore lui caresser les rondeurs arrières, les fesses, à travers sa jupe, face aux regards coincés (mais jaloux …) et encore plus quand je sens les jarretelles exquises de ses bas nylon.

    Bises à la bosseuse d’été (on est deux)

  3. Les calins ca engendre toujours trop de questions

  4. Trop nul j’ai fini de lire tout ton blog =(
    Ok ça n’a rien à voir avec le sujet alors je dirais quand même que c’est pas faux, ceux qui en font trop veulent prouver quelque chose je pense. D’ailleurs ça me rappelle une soirée où j’avais été invitée avec Chéri : 4 couples et y en avait un c’était « Tu veux un surimiiii bébééééé ? Elle lui fourre le surimi dans la bouche et lui roule une grosse pelle juste après (pas sûre que le surimi donne bonne haleine mais bon)

    J’attends un prochain article maintenant ! Et bon courage pour ta journée !

  5. La vie est un sinus, parfois t’en en haut, parfois en bas. Et quand tu es célibataire depuis un long moment, tu t’habitues, mais ça n’empêche que parfois tu te dis que ça serait chouette d’être en couple. Faire ce que tu veux quand tu veux, c’est cool, n’être jamais sorti avec la fille dont tu as envie, encore et encore, à chaque fois une différente, tu deviens plus envieux…

  6. Wilfried dit :

    ah ah c’est drôle, moi j’adore prendre dans mes bras une super copine, elle aussi d’ailleurs. C’est assez étrange, c’est un amour assez platonique, beaucoup de calins et rien de plus, il ne se passera jamais rien de plus. Je ne sais pas pourquoi c’est quelque chose qui a du être acté depuis le départ, c’est un consensus bilatéral et réciproque !
    N’empêche que c’est assez naturellement qu’ensemble on se raconte nos p’tits problèmes, nos soucis du quotidien, on échange, on partage et quelques fois on se caline. oui, après quelques années, j’ai toujours du mal à comprendre notre relation.

  7. Alors je suis obligée de contester. Moi en ce moment je suis en rut et j’ai envie de grimper sur mon copain h24. Seulement parfois on est obligés de sortir de mon appartement et là c’est pire parce que le fait de savoir qu’on ne va pas pouvoir baiser tout de suite m’excite encore plus. Donc je me frotte, je palpe je mords et je lèche où qu’on soit et ce n’est pas pour faire une démonstration c’est juste que je ne contrôle pas mes hormones, désolée à tous pour le dérangement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *