Cinéma, Littérature

Le phénomène Hunger Games

C’était ZE truc dont on entendait parler fin mars-début avril. Hunger Games. Mais je n’en parle que maintenant car parfois, quand j’entends parler d’un film vraiment bien basé sur un livre, je décide de lire le livre avant de regarder le film. Et c’est ce que j’ai fait pour Hunger Games. En plus, c’était une trilogie, donc trois fois plus de fun qu’un livre simple !

Résumé : C’est une société post-apocalyptique. Le monde (enfin plutôt les Etats-Unis, les auteurs américains ont parfois tendance à confondre les deux…) , surnommé Panem, est divisé en 12 districts, le 1 étant le plus riche, le 12 étant le plus pauvre. Tout cela est gouverné par le Capitole, qui est peuplé de gens dont la vie est tellement facile que ne pas pouvoir trouver de crevettes constitue une véritable tragédie.

Il y a soixante-quatorze ans, il y a eu une guerre entre le Capitole et les districts, qui a mené à la destruction du District 13. Pour rappeler aux citoyens de Panem qu’ils sont à la merci du Capitole, chaque année, un garçon et une fille âgés de douze à dix-huit ans sont tirés au sort pour participer aux Hunger Games. C’est une sorte de jeu de télé-réalité sauf qu’au lieu d’être éliminés par un public et par un jury, les participants sont éliminés par les autres participants… et quand je dis éliminés, je veux dire tués dans d’atroces circonstances. Les participants s’entretuent jusqu’à ce que seulement l’un d’entre eux survive.

Katniss Everdeen, seize ans, vit paisiblement au District 12 (enfin par vivre paisiblement j’entends qu’elle doit chasser illégalement pour vivre et qu’elle meurt de faim la moitié du temps… donc tout est relatif). Sa vie bascule lors d’un tirage au sort de Hunger Games, où sa sœur de douze ans, Primrose, est désignée pour participer. Katniss n’hésite pas une minute et se porte volontaire pour la sauver. Elle se retrouve opposée dans ces soixante-quatorzièmes Hunger Games à Peeta Mellark, un garçon du District 12 qu’elle ne connaît que de nom car il lui a jeté une miche de pain alors qu’elle mourait de faim.

Katniss va donc devoir se battre contre vingt-trois autres adolescents, pour la plupart plus forts et plus entraînés qu’elle, pour gagner les soixante-quatorzièmes Hunger Games et espérer revenir à la maison pour continuer à nourrir sa famille…

Mon avis : Mon avis sur ce livre va être un peu particulier car il va concerner à la fois le livre et le film. Bon, pas vraiment tout ce qu’il y a à attendre du film, vu que les films correspondant aux livres 2 et 3 ne sont pas sortis.

Mais quid du 1 ? Bon alors, déjà, le livre était génial. J’étais tenue en haleine. J’ai généralement pour habitude de lire dans le métro (une fois chez moi, je deviens une larve et je préfère flâner devant mon ordi). Mais là, j’étais presque triste quand le métro s’arrêtait à ma station. Ce bouquin a donc réussi à me faire aimer le métro. Pour celles d’entre vous qui ont déjà pris le métro parisien, vous saurez que c’est là une véritable réussite. Alors j’ai continué à lire chez moi.

Je pense que c’était de très loin le mieux de la trilogie. Ils étaient bons tous les trois, mais dans le 2 on se perd un peu – j’ai l’impression qu’il y a trop d’événements et qu’on perd le fil, tandis que dans le 1 le rythme des événements était parfait. Dans le 3 il y a trop de batailles… j’ai un peu eu l’impression de retrouver le deuxième Seigneur des anneaux (même si je ne suis pas fan de la trilogie en soi) où il y avait trop de batailles et du coup je m’ennuyais un peu.

Je suis de façon générale assez admirative devant les livres type science-fiction, Harry Potter, etc. parce que je trouve ça génial quand les auteurs imaginent tout un univers dans lequel mettre en place leurs histoires. Imaginer une histoire, c’est bien. Imaginer un univers qui a sa géographie, ses règles, ses fonctionnements, ses traditions, c’est déjà tout autre chose. Et c’est ce qu’a fait Suzanne Collins, l’auteur de Hunger Games (je ne sais jamais s’il faut écrire « auteur » ou « auteure » pour une femme… je trouve ça mieux de féminiser le mot, mais tellement de gens s’offusquent de cette nouvelle orthographe qu’ils trouvent trop moderne que du coup j’ose pas l’utiliser).

Et puis j’aime beaucoup l’idée en général. Ça nous fait réfléchir. On voit les gens, chez eux, dans leurs districts, qui regardent les Hunger Games parce qu’ils y sont obligés, mais est-ce qu’ils n’y éprouvent pas un certain plaisir coupable ? N’est-ce pas une montée d’adrénaline pour le public de voir quelqu’un se faire tuer dans un jeu de télé-réalité ? Ne les regarderait-on pas tous, si on avait une émission comme ça, même si on y était pas forcés ? On est vraiment porté à réfléchir sur le genre de personne qu’on est vraiment…

Il y a de tout dans la trilogie des Hunger Games ; il y a de l’amour, même sous forme de triangle amoureux, entre Katniss, Peeta et Gale, le meilleur ami de Katniss, il y a de l’action, il y a de la violence, il y a de la peur, il y a de quoi verser des larmes. C’était un bouquin bien parti pour devenir un excellent film. D’habitude, quand je regarde un film basé sur un livre que j’ai lu, je m’attends à être déçue. Je me dis « voyons, à quel moment du film je vais être déçue ? » et puis je m’amuse à découvrir si j’ai raison. C’est un peu devenu un jeu. J’ai beaucoup aimé les films Harry Potter par exemple, mais bon il y avait à chaque fois des passages dans le livre qui étaient supprimés pour que le film ne dure pas 25 heures.

L’avantage avec Hunger Games, c’est qu’un livre ne fait que 300 pages. Donc il y a largement de quoi faire un film d’un peu plus de 2 heures, sans omettre des détails importants. J’étais quand même déçue de certaines choses, mais c’était des choses dans l’ensemble assez minimes (genre Peeta qui est trop petit pour faire le héros – ben quoi c’est important !! – et puis quelques autres détails mais que je ne peux pas balancer sans en révéler beaucoup trop sur l’histoire). Les acteurs sont dans l’ensemble plutôt bien choisis – à part que je me suis sentie très vieille parce qu’ils étaient tous plus jeunes que moi. Je trouve que Jennifer Lawrence, qui joue le rôle de Katniss, joue beaucoup mieux que beaucoup d’actrices actuelles (oui oui Kristen Stewart c’est à toi que je parle !!). Mention spéciale pour Amandla Stenberg, qui joue le rôle de Rue, personnage secondaire et alliée temporaire de Katniss dans les Hunger Games. Elle est TROP mignonne !!!

Le film a même un avantage par rapport au livre : le livre est vraiment écrit du point de vue de Katniss, c’est-à-dire que s’il se passe quelque chose dont Katniss n’est pas au courant, le lecteur ne le sera pas non plus. Dans le film, ils montrent aussi les coulisses des Hunger Games, ce qui se passe dans la tête des « Gamemakers » (les organisateurs des jeux) et comprendre ce qui les motivait à entreprendre telle ou telle action. Et c’était vraiment intéressant de connaître ça.

J’ai vraiment hâte que la suite sorte. Je suis pressée de voir quels acteurs ils choisiront pour les personnages importants qui sont apparus dans les deux derniers tomes. J’aurais aimé dire que j’ai envie que Suzanne Collins continue à écrire, seulement souvent, quand quelqu’un pond un truc génial comme ça, il a des difficultés à en pondre un deuxième.

N’oubliez pas de voter au sondage de juillet!

Vous pourriez aussi aimer...

6 Commentaires

  1. tu prêches une convaincue je suis fan j’étais à l’avant première c’est te dire !!

  2. Crapouillette dit :

    J’ai adoré les bouquins, surtout le premier, mais le film m’a « légèrement » déçue. Ils ont passés à la trappe des personnages comme Madge qui pouvaient avoir leur importance…
    Sinon c’était plutôt pas mal.

    D’ailleurs, si tu aimes ce genre d’univers, je ne saurais que trop te conseiller d’aller lire la série « Uglies » de Scott Westerfeld. C’est tout bonnement génial! Et ça mériterait tout autant (à mon sens) d’être adapté au cinéma.

  3. Je viens aussi de finir le dernier tome (je prépare un article là-dessus) et j’ai été scotchée comme toi. J’ai juste été déçue par la fin car j’ai vraiment eu l’impression qu’elle expédiait le tout pour finir vite, c’est baclé. Je n’ai pas encore vu le film mais si l’adaptation est aussi bonne, j’ai hâte :)

  4. Ma soeur a adoré livres/film mais j’ai peur d’être déçue, je vais attendre un peu avant de me plonger dans l’univers d’Hunger games.

  5. mais pourquaaaaa as-tu disparu ?? es-tu en vacances ? (ce que je te souhaite), reviens-vite, tu es une bouffée d’oxygène dans mes journées de boulot (avec des collègues tout-pourris).
    j’ai découvert ton magnifique blog en passant par celui de la Peste.
    bonne journée

  6. Coucou ! Article très intéressant ! Il me donne envie de me lancer dans cette histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *