Cinéma

Le dernier Tim Burton: Dark Shadows

J’adore Tim Burton. Je suis même allée à son expo à la Cinémathèque de Bercy (d’ailleurs elle a lieu jusqu’en août, alors je vous la recommande !). Alors quand j’ai appris que son dernier bébé, Dark Shadows, sortait dans les salles obscures, le voir est rapidement devenu une des grandes priorités de mon existence.

Résumé : En l’an de grâce 1752, la famille Collins, avec leur fils Barnabas, quittent la ville de Liverpool pour les Etats-Unis, où ils font fortune. Tout semble leur sourire pendant de longues années : aucun concurrent à l’horizon, ils sont propriétaires d’un immense manoir, ils ont même une ville qui porte leur nom – Collinsport. Barnabas est devenu un jeune homme séduisant et il brise le cœur d’une servante, Angélique Bouchard, qui est en réalité une sorcière. Elle jette aussitôt une malédiction sur la famille Collins. Les parents de Barnabas meurent dans des circonstances mystérieuses, mais il parvient à s’en remettre car il a trouvé l’amour en la magnifique Josette. Hypnotisée par la magie noire d’Angélique, celle-ci se jette d’une falaise ; quand Barnabas veut la suivre, il se transforme en vampire, condamné à vivre éternellement sans sa bien-aimée. Angélique fait alors enfermer Barnabas dans un cercueil et le fait enterrer.

Il se réveille accidentellement deux siècles plus tard, dans un monde de 1972. Tout a changé. Non seulement il a plus ou moins l’impression d’être un personnage des Visiteurs, mais il voit que sa famille a perdu toute sa grandeur. Angélique Bouchard, immortelle elle aussi grâce à la sorcellerie, règne désormais sur le marché des fruits de mer, marché dominé autrefois par la famille Collins. Seuls quatre Collins subsistent : Elizabeth, sa fille adolescente Carolyn, son frère Roger et son neveu tourmenté par la mort de sa mère, David. S’ils ont réussi à garder le manoir originel des Collins, ils sont complètement ruinés. Barnabas a donc pour objectif de restaurer la gloire des Collins, non sans succomber au charme de Victoria, leur ravissante gouvernante, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à sa défunte Josette…

Mon avis : Etait-ce le meilleur Tim Burton ? Non. Il n’arrive pas à la cheville d’Edward aux mains d’argent et L’étrange Noël de Monsieur Jack. Cependant, ai-je aimé ? Oui, tout à fait. Burton n’avait pas encore vraiment exploré le monde des vampires – il est plus resté dans les zombies et les squelettes – et Johnny Depp fait un vampire particulièrement séduisant. Personnellement, j’aurais aimé qu’il me morde.

Il y a un loose end majeur dans l’histoire (je sais, beaucoup de lecteurs m’ont reproché de glisser à tort et à travers des mots anglais dans mes articles… mais bon, je ne trouve pas de traduction française, alors il faudra vous en contenter). C’est le personnage de Victoria, la gouvernante des Collins. On en apprend sur son passé, sur sa vie avec ses parents… Je ne vais pas tout vous dire sinon vous n’aurez aucun plaisir à voir le film… Seulement au début, on a l’impression qu’elle a une autre raison de débarquer chez les Collins que le simple fait de devenir leur gouvernante. Après, on apprend qu’elle ressemble comme deux gouttes d’eau à Josette… On a envie de penser que ce n’est pas une coïncidence, et pourtant : rien n’est expliqué. Après, peut-être que je suis bébête, peut-être que c’est expliqué d’une façon subtile que je n’ai pas comprise, mais dans ce cas il faut être moins exigeant avec le public. Je veux dire, c’est Tim Burton. Ses films sont faits pour divertir, pas pour être un casse-tête…

Après, la fin de ce film appelle à une suite (je ne vous en dirai pas plus)… Peut-être que ça sera clarifié dans la deuxième partie ?

Mais à part ce problème, j’ai beaucoup aimé. De tous les Tim Burton qui existent déjà ce film me fait probablement le plus penser à Sweeney Todd : le sang, le maquillage blanc sur le visage de Johnny Depp, le mec qui retourne dans son pays après une longue absence et la perte de sa bien-aimée… Si vous avez aimé Sweeney Todd, je pense qu’il est assez safe de supposer que vous aimerez Dark Shadows. La différence principale, outre le fait que Sweeney Todd décrit un monde assez réaliste (enfin un monde réaliste dans lequel personne ne se rend compte de l’absence de dizaines de personnes… dans lequel non seulement personne ne les cherche, mais surtout personne ne réalise qu’ils ont tous disparu après être passés chez un barbier louche), c’est l’humour.

Sweeney Todd, ce n’est pas drôle. Ça a ses moments, certes, mais globalement ce n’est quand même pas très gai. Dark Shadows, c’est l’inverse. Ce film a ses moments creepy, mais globalement, c’est surtout un film drôle. J’ai implosé quand Barnabas sort de sa tombe et dit « Méphistophélès » (le nom de Satan, apparemment) alors qu’il est en train de voir le M de McDo. Les yeux de Barnabas quand Angélique dévoile son superbe décolleté.

J’ai beaucoup aimé la relation entre Barnabas et Angélique, le fait qu’on casse ENFIN les codes dans lesquels sexe = amour…  On peut passer un super moment au pieu en se haïssant mutuellement, et Barnabas et Angélique en sont la preuve… On peut être attiré par une pétasse juste parce qu’elle est canon,  mais on ne peut l’aimer – enfin, ça c’est dans les films hein. Sinon il faudra m’expliquer pourquoi autant de mecs aiment Clochette.

D’ailleurs, le premier truc qui m’est venu à l’esprit en voyant Angélique, c’était : Revenge like a boss. La nana se fait larguer, et non contente de tuer les parents et la meuf du mec responsable (ce qui me semble déjà un châtiment satisfaisant), elle transforme le mec en vampire, l’enferme dans un cercueil et jette une malédiction sur tous ses descendants. Ça, c’est de la vengeance. J’ai presque envie de dire qu’elle exagère. C’est cool de se venger certes, mais de là à y dédier le plus clair de sa vie ?

Je recommande ce film. Je sais qu’il a été descendu en flèche par les critiques, mais je persiste à dire que si vous le regardez, vous passerez un bon moment.

Et j’ai toujours raison.

Ma note : 4/5

Vous pourriez aussi aimer...

7 Commentaires

  1. Puisque “j’ai un super truc trop intelligent à dire” : j’y suis allée aussi, et j’ai adoré !! Je ne connais pas très bien l’univers de Tim Burton (à part Alice, Les Noces Funèbres, et Nightmare Before Christmas) mais celui-ci, je l’ai simplement adoré.

  2. j’ai vu assez peu de Burton je me rends compte !

  3. C’est prévu dimanche matin !!!

  4. je veux le voiiiiiir :-(

  5. Entièrement d’accord avec toi sur les aspects non explorés de la personnalité de Josette. J’ai passé un bon moment mais c’est vrai que l’on est très loin de ses films géniaux comme Edward aux mains d’argent et Sleepy Hollow.

  6. Blandine dit :

    Faut vraiment que je trouve quelqu’un qui accepte d’aller le voir avec moi !!

  7. Ah moi aussi j’ai vu ce film et je me suis dit la même chose sur la gouvernante ! Je m’imaginais un truc de fou, surtout qu’elle ressemble à un ange tout innocent donc ça sentait le roussi, et puis non même pas ! Elle a pas d’impact sur la trame réelle de l’histoire ni la fin et pourtant elle avait du potentiel la petite, à la rigueur la mère du pti foufou là elle a plus de charisme lol ! J’ai adoré l’ado psycho et l’univers seventies, le choc avec le mcdo j’ai ri comme toi, et je suis sortie en me disant que c’était un bon divertissement même si je le verrai pas forcément de nouveau… Merci pour cet article ;-) j’avais pensé en faire un aussi mais tu as tout dit et super résumé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *