C'est vous qui le dites

Vous avez la parole: Faut-il avouer une infidélité?

Tout d’abord, comme d’habitude, je tiens à remercier tous ceux qui ont voté au sondage de mars. Nous avons battu des records avec 419 réponses! Il n’y a rien à faire, le sexe est un sujet qui vous inspire.

Le sondage du mois d’avril sera publié avec un jour de retard. Mea culpa! Mais s’il vous inspire autant que celui de mars, ça ne devrait pas être trop un problème. J’ai déjà traité sur ce blog de la question de l’infidélité. Maintenant, je souhaite aborder une autre question: la divulgation de cette infidélité. Certains disent que quand on a été infidèle, le seul choix honnête est d’aller le raconter immédiatement au partenaire. D’autres, que c’est une façon égoïste de soulager sa conscience sur le dos du partenaire.

Ma question c’est, vous, qu’en pensez-vous? Où vous situez-vous quand il s’agit d’infidélité? Bien sûr, toutes les justifications, les expériences personnelles… sont les bienvenues!

 

Vous pourriez aussi aimer...

24 Commentaires

  1. Hello, bon article !!! Pour moi se serai un très grosse trahison, un mensonge !!! Je n’aime pas les mensonges mais se genre de chose je préfère le savoir que perdre mon temps !!!!!

    1. tout dépend de la situation, de l’état du couple, des raisons derrière… quand tu as vécu une trahison telle que celle là, tu peux aussi t’en remettre et faire évoluer ton couple (si c’est ca que tu attends)

  2. Difficile de répondre en l’air sans exemple… Par principe, la divulgation (ou pas) est fonction de la raison de la tromperie.
    Tromper l’autre parce qu’on était bourrée, mal ou juste par envie MAIS que cela n’a aucune importance dans sa tête, là, je me tais.
    Tomber amoureuse d’une autre, ou en tout cas vraiment avoir un mega gros crush peut amener à dire la vérité à son partenaire si 1/ cela peut amener à une reflexion de couple sur des points à améliorer ou 2/ à une rupture que l’on ne sait pas prendre en main autrement
    Bref, tu poses une question d’une importance majeure à mes yeux en ce moment, et ma réponse momentanée est “tais-toi et vis ton truc, tu verras plus tard”…

  3. ananananas dit :

    Si on n’a pas le courage de ne pas aller voir ailleurs (et ce n’est pas péjoratif quand je dis ça) qu’on est au moins le courage de ne pas le dire à l’autre : oui, si on veut rester avec lui, ça ne sert à rien de le faire souffrir. C’est une grande culpabilité qui etreint la personne trompeuse, mais c’est seulement elle que ça soulage en avouant la tromperie!
    Il faut garder son jardin secret, et éviter de faire du mal à l’autre : faire tout pour que ça ne ce sache pas, et que tout le monde ne soit pas au courant. Prendre son pied oui, mais prendre l’autre pour un pigeon non.

    leblogdetifleur.over-blog.com

  4. Hello !

    Pour ma part, Chéri à été infidèle. Le vilain ! C’était au tout début de notre relation. Je l’ai de plus appris par son ex (la personne chez qui il était voir ailleurs). C’était un moment de gros doute pour tout les deux, non bon ok je continue à lui chercher des excuses.
    Il n’en a pas.
    Cela a été très dur, je lui en ai énormément voulu, je lui en veux toujours.Après avoir longuement discuté (et lui en avoir fais inlassablement bavé), j’ai réussit 1 an après à lui pardonner.
    Je sais que c’était une erreur, et je recommence petit à petit à lui faire confiance.

    Nous sommes plus liés que jamais..

  5. Perso, depuis peu je suis en mode “si c’était une erreur, que tu sais à 100% que ça ne se reproduira pas”, ne dis rien. Bon après, parfois on est obligé de soulager sa conscience

    En revanche si il y a un doute et que ça remet les sentiments en question, là je pense qu’il faut en parler, inévitablement.
    Après je changerai peut-être d’avis si ça m’arrive un jour

  6. Dada cool dit :

    Bonjour!
    Déjà, j’aime lire ton blog et je l’ai découvert un peu par hasard sur google, merci google :-)
    Dans une de mes précédentes relations, j’avais des doutes sur la fidélité de mon partenaire qui était devenu mystérieux et cachotier depuis quelques mois. Il y avait aussi de l’eau dans le gaz à ce moment là. Nous avions décidé de faire un break d’un mois… J’ai su (par un biais pas très correct mais efficace) qu’il m’avait trompé, il m’a avoué avoir couché à plusieurs reprises avec deux personnes, mais il a fallu que j’insiste pour le savoir…
    J’ai essayé de pardonner, de faire un gros travail sur moi pour oublier cette période mais la confiance que je lui accordais avait foutu le camp, j’étais toujours sur son dos… 2 ans après, nous avons rompu. C’est 15 jours après notre rupture que j’ai appris que ce n’était pas 2 personnes mais 5-6 personnes qu’il s’était tapé pendant notre break d’un mois (cool non?). Nous n’aborderons pas là la franchise de mon ex… ce n’est pas le sujet et c’est pour ça qu’il est mon ex.
    Alors mon avis est tranché sur cette question : si on trompe délibérément, on avoue, le partenaire est en droit de savoir, ne serait-ce que pour sa propre santé!!!
    Un “dérapage”, ca peut arriver et il faut aussi en parler.
    Perso, avant d’avoir eu connaissance ses infidélités, j’ai eu un examen gynéco laissant apparaître une IST (pour laquelle je suis toujours suivie), je ne comprenais pas d’où cela pouvait venir car j’avais été fidèle… Ca aurait été l’occasion d’en parler..

  7. le savoir sans aucun doute !

  8. pasdbol dit :

    Moi je dis oui, il vaut mieux le dire. Car tout fini toujours par ressortir et il vaut mieux que le trompé le découvre de la bouche même de celui qui trompe. Et s’interroge ensemble pour savoir si on peut/doit traverser ça

    1. Gilgames dit :

      Pourquoi selon vous cela ressort toujours?

      Dans le cadre d’une tromperie régulière je comprends.

      Pour une fois unique j’ai des doutes .

  9. Pour ma part je dirais plutôt non, si l’on est conscient que c’était une erreur et qu’on ne recommencera jamais, mais cela a soulevé le fait qu’il y a quelque chose dans le couple qui ne fonctionne pas/plus, ou si suite à cette tromperie on quitte la personne que l’on a trompé alors il ne sert à rien de la faire souffrir inutilement en lui avouant notre faux pas. Par contre si cela vient à se reproduire alors il faut lui avouer dans le but de vouloir régler le problème soulevé ou alors se taire à jamais en se séparant de la personne. Bien sûr inutile de dire que se genre de “faux-pas” ne se divulgue pas même à une personne de confiance car il est plus probable que cela échappe de la bouche de la personne à qui on s’est confié que de la notre!
    Pour information j’ai été trompé et avant que ça m’arrive à mon tour de tromper la personne avec qui j’étais, j’avais un tout autre avis: j’aurais sans conteste dit qu’il fallait avouer sa faute.

  10. moi je serais pour le dire quand on fait une erreur faut assumer après cela dépend tellement de la situation et du couple !!

  11. Lilunette dit :

    Si c’est vraiment quelque chose qui arrive une seule fois sans qu’il y ait de raison particulière (couple qui bat de l’aile ou autre joyeuseté…) pourquoi le dire ? C’est juste soulager sa petite conscience et faire mal à l’autre inutilement. C’est beaucoup plus difficile que de garder ça pour soi et d’accepter d’assumer seul.
    D’autant que c’est un très bon dissuasif : Regarder mon copain dans les yeux et ne pas pouvoir lui dire ça, ce serait difficile et ça me ferait culpabiliser, au final c’est à moi-même que je n’ai pas envie d’infliger un truc du style !
    Cependant, la limite entre l’erreur de parcours et la trahison est très délicate à définir, pour certains ce sera un simple baiser, pour d’autre une nuit avec un étranger… Comment savoir trancher quand dire ou ne pas dire ? (that is the question !)
    Mais quand même, je me demande toujours si je préfèrerais savoir. Quand ça m’est arrivé, mon mec me l’a dit plusieurs mois après, et c’était parce que je lui avais posé la question ! Du coup la prescription était passée (et c’était apparemment de l’ordre de l’erreur de parcours) et je suis pas sûre que ça nous ait été très utile d’avoir ça entre nous. Le problème finalement vient du fait qu’il faut faire un choix rapidement et s’y tenir : Le dire longtemps après ruine la confiance dans un couple et conduit à la course aux armements et à l’escalade de la terreur ! ^^
    Mais comme certains de mes collègues commentateurs, je suis d’avis que c’est absolument inutile et dégradant pour l’autre que de le dire si l’infidélité en question a mis fin au couple. Dans certains cas, ça peut aider à régler un problème et tout l’enjeu est de réussir à en faire quelque chose de constructif pour la relation : beaucoup beaucoup de diplomatie en prévision…
    Au final, j’ai tendance à penser que ça file pas mal d’emmerdes pour pas grand chose, je préfère m’abstenir et quitter la personne si je sens que quelqu’un d’autre me plait et que je ne saurais pas résister !

  12. Snow White dit :

    Ayant déjà été trompée et bien j’aurais préféré que l’autre soit honnête, j’aurais moins perdu mon temps avec !
    Comme l’a dit une personne précédente, c’est le genre de choses qui finissent toujours par refaire surface, alors autant être honnête. Ce n’est pas une question de soulager sa conscience car le trompeur va obligatoirement être “puni” ne serait-ce que par la perte de confiance.
    En plus c’est bien facile de dire “non mais c’est qu’une fois ça ne se reproduira pas”, après tout comment peut-on le savoir? On a fait l’erreur une fois alors qu’on avait dit “jamais je tromperai, je suis amoureux/se” alors pourquoi ça n’arriverait pas encore ?
    Ensuite pour moi s’il y a infidélité c’est qu’il y a une faille dans le couple, or le problème de la plupart des couples c’est le manque de communication. Si on ne dit pas ce qui ne va pas, comment régler le soucis ?

    Je vote donc “clairement oui” car même si ce n’est pas agréable à entendre, ce n’est jamais anodin et ça permet de débloquer certaines choses.

  13. Lala♥ dit :

    J’ai mis “Plutôt oui”.
    Je pense que nombre de personne qui n’ont jamais trompés leurs partenaires disent qu’il le diront si un jour il ou elle le trompe, mais à mon avis, une fois la personne trompé, je pense que ça doit être clairement plus difficile à avouer de peur de faire du mal à la personne qu’on aime et de sa réaction .
    Après c’est mon avis :)

  14. J’ai mis “Plutôt oui” mais je pense que ça dépend de la situation, clairement. Je vais citer deux exemples :
    – J’ai été infidèle une fois. J’étais avec un gars qui ne me plaisait pas tant que ça, je n’avais pas vraiment envie d’être avec lui. Un jour, avec un ami on a dérapé. Ça a été un déclic pour moi et je me suis dis que par respect pour lui il fallait qu’on se sépare, que je le quitte. Mais je ne le quittais pas à cause de cette infidélité, je ne le quittais pas pour cet ami, donc (sachant qu’il était beaucoup plus attaché à moi) pour moi ça ne servait à rien de lui faire plus de mal en lui racontant cet épisode. (Finalement, on s’est expliqué un an après (sa nouvelle copine faisait des histoires) et je lui ai dit, pour être complètement honnête. )
    – A l’opposé, une de mes amies est avec son copain depuis plus de 6 ans. Elle l’a trompé mais ne lui a pas dit. Elle compte rester avec lui encore longtemps peut-être même passer sa vie avec lui. Dans ce cas, je trouve ça malsain de ne pas l’avouer, d’autant que beaucoup de gens dans leur entourage le savent. Leur relation est pour moi solide, donc ils pourraient s’en remettre (surtout connaissant son copain). Je pense que dans un cas comme ça il est important de le dire, une relation ne peut pas perdurer avec des mensonges.
    Après si on choisit de dire ou de ne pas dire à son compagnon qu’on a été infidèle, il faut prendre en considération les raisons pour lesquelles on le fait. Dans mon cas, ne pas faire souffrir davantage lors d’une rupture. Dans le cas de mon amie, je pense que c’est une mauvaise raison, elle ne s’en veut même pas de l’avoir trompé, mais ça c’est une autre question !
    Alors voilà, tout ça pour dire que pour moi, il faut le dire sauf pour quelques exceptions et vraiment réfléchir à pourquoi on prend cette décision. Donc “plutôt oui”.

  15. Thé Citron dit :

    Alors, j’ai répondu “plutôt non”. C’est étrange parce qu’en cliquant, j’me suis dit : “mais ptêtre “plutôt oui” en fait ?”.

    Le truc, c’est que moi, l’infidélité, je la connais dans le sens inverse : j’ai été la cause de tromperies. Deux fois, sûr. Une troisième probablement. Deux fois où je le savais. deux fois où ces hommes sont toujours avec ces femmes. Et je n’ai surtout pas envie qu’elles le sachent… Je suis déjà assez catastrophée par mon comportement alors si en plus elles venaient à le savoir… Je ne veux surtout pas leur donner d’excuses (parce que ces salauds n’en ont pas) mais, pour eux, ça ne voulait rien dire. Du moins, pour le premier, c’était clairement que physique (les seins, tu vois…). Pour le second, je crois que c’est + compliqué que ça tellement le feeling passe terriblement bien entre nous. D’ailleurs, je crois que nos amis communs vont désormais éviter de nous inviter aux mêmes soirées pour éviter d’autres dérapages.
    Bref.
    Tout ça pour dire que pour avoir été la “maîtresse” (ce mot ne me va pas bien je trouve… j’ai l’image de la maîtresse hyper bonnasse et tout… ce que je ne suis clairement pas), je peux certifier que ces hommes devraient cocher le “plutôt non”.

    Par contre, si jamais j’avais un homme et qu’il me ferait ce sale coup… Ben, si c’est UNE fois, je préférerai ne pas savoir. Si c’est régulier, là, vaut mieux savoir pour arrêter la relation. C’est qu’il y a un problème s’il va aussi souvent voir ailleurs.

    Si jamais je trompais (j’ai d’ailleurs cette image de moi trompant un homme, c’est atroce), je ne pourrais pas m’empêcher de le dire. La conscience tout ça…

  16. Franchise, franchise, franchise, franchise…
    Comment arriver à faire perdurer une relation (sexuelle, amoureuse, amicale) en inventant une réalité qui n’existe pas ?
    j’arrive même pas à imaginer le truc…
    Même les détails comptent : le gars te laboure le dos au lieu de te masser, tu ne lui diras pas pour ne pas le vexer et tu vas continuer à souffrir le martyr plutôt que de lui dire la vérité ? Ben non !
    Alors au niveau de la fidélité c’est la même chose… S’il y a eu un écart et que celui-ci n’était pas autorisé, alors vous pouvez vous attendre à un problème et c’est pour ça que vous allez préférer mentir par omission… C’est lâche et improductif au possible.
    Alors la bonne question au final c’est pas “faut il avouer son infidélité ?” mais plutôt “pourquoi cette infidélité ?”…

  17. Je suis super étonnée de la majorité de “plutôt oui”! J’ai répondu “clairement non” car avouer une tromperie ne la rachète pas, la seule conséquence ce sera beaucoup de souffrance pour le conjoint et, si ça n’aboutit pas à une rupture, à ne perte de confiance évidente. En fait je ne vois aucun intérêt à se confesser ou à la rigueur pour soulager sa conscience et se donner l’impression d’être honnête. Mais si vous voulez être honnête le mieux c’est encore de ne pas tromper!

  18. Confesser sa trahison par soucis d’honnêteté me semble assez ironique… Quitte à être honnête, autant l’être dès le départ : perso, la seule fois où j’ai vraiment eu l’envie, le besoin et l’opportunité d’aller voir ailleurs, j’ai largué mon copain et ensuite seulement je suis allée batifoler… avec un mec qui s’est avéré être déjà en couple avec une autre !! Il ne lui a jamais dit, et aujourd’hui, ils viennent d’avoir leur deuxième enfant. Que du bonheur !
    Je crois sincèrement que je préfère être dans la situation d’ignorance la plus totale. Par contre, si j’ai un doute sur la fidélité de mon conjoint et que je lui pose la question, je ne souhaite pas qu’il me mente. Mais si je n’ai pas de doute, à quoi bon se faire des nœuds au cerveau ?!
    Et comme l’a si bien écrit Vauthier, traducteur de Shakespeare : “Celui qui est trompé, laissez-le dans l’ignorance et il ne l’est pas !” ;o)

  19. Mimolette dit :

    Je suis totalement incapable de répondre à ce sondage ! En fait, tout dépend de quelle point de vue on se place. Je n’ai jamais été la fille trompée, ou la fille qui trompe. Mais je suis actuellement dans la situation où je suis “la fille avec qui on trompe” et c’est pas facile non plus comme situation. En temps normal, j’aurai pas fait ça, mais le problème c’est que le mec en question, appelons l’Ours, pour rester dans les surnoms, m’a assuré qu’il n’était plus avec sa copine (avec laquelle il était depuis 2008, je précise …), alors qu’apparemment, tout prouve le contraire. Alors bon, avouer son infidélité, je n’en sais rien, tout dépend de la situation, est-ce que c’était une “erreur” ou est-ce que c’était quelque chose de sincère. Il y a trop de nuances, j’imagine qu’il faut savoir s’adapter aux situations

  20. Jamais, ça fait trop de mal à celui qui est trompé. Par contre, on doit s’arranger pour que ça ne se sache JAMAIS et effacer soigneusement les indices. Je pense qu’on se doit de ne pas faire de mal à l’autre et “ce qu’il ne sait pas ne le chagrine pas”.
    Mais bon, moi je suis pour la fidélité dans un couple…

  21. Salut, je réponds un peu tard, mais je viens de tromper mon copain avec lequel je suis depuis un peu plus d’un an et j’essaie de chercher des conseils par tous les moyens pour savoir si je dois lui dire ou non..
    On entretient une relation a distance depuis huit mois (pour les études..) et en huit mois j’ai été tentée de voir ailleurs mais j’ai toujours résisté jusqu’à présent..
    Cela fait quelque temps que ca va moins bien entre nous, je lui reproche de ne pas être assez présent, de ne pas me comprendre, j’ai eu une semaine de partiels et il ne m’a pas appelée une seule fois pour me demander si je tenais le coup alors que je lui ai dit que j’allais pas bien et que j’avais besoin de lui mais Monsieur était occupé.. Je me suis mise à remettre en cause notre couple alors que je dans deux semaine nous ne seront plus a distance puisque je reviens faire mes études là où il les fait aussi.. c’est a ce moment qu’un soir j’ai pris un verre avec une connaissance, il est venu prendre une dernier verre chez moi et nous avons passé la nuit ensemble. Je ne sais pas du tout si je dois dire a mon copain ce que j’ai fait, je culpabilise mais en même temps j’ai l’impression que c’est lui qui m’a “poussée” dans les bras de l’autre.. On s’est engueulés un peu après, j’hésite a le quitter mais je ne lui ai toujours pas dit, j’ai tellement peur et malgré tous nos soucis je sais que je l’aime toujours..

    Si quelqu’un peut m’éclairer il est le bienvenu !

    1. Ne lui dis pas (à quoi ça sert de le faire souffrir ?) et quitte-le (à quoi ça sert de te faire souffrir plus longtemps ?).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *