Ruptures

Le mec fantôme, ou mec disparaisseur

(alors j’ai mis Casper parce qu’il a quand même la notoriété top-of-mind en matière de fantômes, mais Casper à la base c’est un gentil fantôme, alors que le mec disparaisseur n’est pas gentil du tout!)

Dans son livre He’s just not that into you, Greg Behrendt a consacré un chapitre entier à une catégorie d’hommes bien particulière : les hommes qui s’évanouissent dans la nature. Il a précisé que de tels évanouissements peuvent arriver à différents stades de la relation… y compris quand on ne sort pas ensemble. Y compris quand on en est au stade on-est-potes-mais-le-fait-qu’on-flirte-est-l’éléphant-rose-dans-la-pièce.

J’ai déjà parlé de T. dans un article lointain, mais je ne me suis pas beaucoup attardée dessus parce que bon, il s’agissait d’une amourette de lycée. Le cas classique d’une gamine de 16 ans qui flashe à mort sur un mec qui en a 25 juste parce qu’il a de beaux yeux et qu’il sait réparer son ordinateur. Un jour, il m’a embrassée. A cette époque je n’avais aucune notion de « he’s just not that into you », de dignité ou de balance du pouvoir. Je l’ai rappelé dès le lendemain, sur son portable, sur son fixe, j’ai laissé des messages à son coloc parce que j’étais persuadée que si, il allait rappeler. Et bien sûr j’ai appelé tous les jours pendant plusieurs jours, parce que je me disais que s’il ne rappelait pas, c’est qu’il ne pouvait pas et qu’il fallait absolument qu’il se rappelle que j’existe. Parce qu’attendez, on n’embrasse pas une nana si on n’a pas envie de la revoir. Conne much ? Oui. A-t-on besoin de rappeler à un mec qu’on existe s’il est vraiment into nous ? Evidemment que non.

Ce genre de scénario s’est reproduit. (bon, moins le harcèlementil y a un mois (oui oui alors que j’étais déjà en couple…), je suis partie un week-end à Londres avec un de mes potes et j’y ai rencontré Mr. Cacahuète (des fois je suis très fière des surnoms que je donne aux divers personnages de mon blog !). Nous avons flirté… en tout cas j’ose penser que nous avons flirté. Nous nous sommes rapprochés grâce à notre passion commune pour la Maison Hantée de Disney et le beurre de cacahuètes (on sait maintenant d’où lui vient le surnom de Mr. Cacahuète). Nous étions en mode « vas-y que je mets ma tête sur ton épaule parce que je suis fatiguée » et « si t’es fatiguée tu seras mieux dans mes bras »… flirt ou juste friendzonage à fond, telle est la question !

Nous sommes par la suite tous les deux rentrés en France, lui à Lille (ou une autre ville du Nord dont je me rappelle plus le nom, mais pour faire plus simple on va dire Lille), moi à Paris. Mais nous sommes restés en contact, le plus souvent c’était de son initiative (même si c’est un blond aux yeux bleus d’1m92 et qu’il me fait fondre, ce n’est pas une raison pour oublier entièrement le concept de balance du pouvoir qui guide toutes mes relations avec les hommes). Chaque jour il publiait une vidéo  ou un article débile sur ma timeline Facebook ; j’ai abandonné l’idée de chercher un quelconque rapport avec la vie de qui que ce soit quand il a partagé avec moi un article qui s’appelait « Comment prendre de la drogue quand on est une fille ».

Et puis un jour, pouf ! Plus rien. Je ne sais pas ce que j’ai fait exactement qui a causé sa fuite, mais je sais ce qui s’est passé dans sa globalité : j’ai dû trop montrer qu’il me plaisait, et il a eu peur. Ou alors, comme dit un de mes potes expert en connardise masculine, c’est un « hunter ». Quand il voit qu’il plaît à une nana, il s’en désintéresse complètement. Quelle que soit l’explication, peu importe, finalement : je ne reverrai pas ce mec.

(Bon, après que j’aie commencé à écrire cet article, il est finalement re-rentré en contact avec moi, mais je prends la chose beaucoup plus avec des pincettes… Je me dis que je suis en train de me faire friendzoner, très certainement)

On sait que quand le mec disparaît, c’est que « he’s just not that into you ». On a imprimé ça, maintenant. Mais il reste un problème scientifique auquel finalement aucune fille normalement constituée n’a la réponse : à quel moment exact le mec disparaisseur se dit-il « ah, c’est l’heure de disparaître » ? Parce que finalement, quand on a un minimum d’orgueil, on ne harcèle pas le mec à coups de « Mais pourquoiiiiiiii ? ».

Bien sûr que si, on le fait (ou en tout cas, on l’a toutes déjà fait, au moins une fois par le passé). Sauf que la définition même du mec disparaisseur, c’est qu’il a disparu. Or un mec qui a disparu ne répond pas à nos « Mais pourquoiiiiiiii ? ». Logique.

Une de mes copines a découvert un jour pourquoi un mec avait disparu. Idem que pour moi et Mr. Cacahuète, ma copine ne sortait pas avec le mec en question – appelons-le Docteur Strange, parce que niveau comportement bizarre, il en a à revendre. Ils étaient juste des potes dans le même master, ils ne se draguaient même pas (comme quoi les mecs peuvent fuir pour des raisons complètement diverses qui n’ont rien à voir avec les sentiments). Oui, je lui donne un surnom même s’il s’agit d’une connaissance de mon amie et non pas d’une des miennes, parce que ce mec est tellement chelou que je pense qu’il va revenir dans des articles futurs.

Et puis un jour, alors que les cours pour leur master étaient terminés, elle avait besoin de l’aide du Docteur Strange pour un truc un peu compliqué dans son mémoire. (Docteur Strange aimait beaucoup faire croire à tout le monde qu’il était beaucoup plus intelligent qu’il ne l’est en réalité, et c’était donc tout naturellement que ses camarades se tournaient vers lui quand ils étaient face à une difficulté)

Sauf que Docteur Strange n’a jamais répondu. Elle a insisté, ma copine. Il n’a jamais répondu.

Je lui ai dit qu’il s’agissait là d’un mec disparaisseur, d’un  bien autre type de mec disparaisseur que celui qu’on drague, d’un mec disparaisseur « pote ». Une nouvelle espèce dont j’ignorais l’existence et qui pourtant doit bien exister. Je lui ai dit « laisse tomber ». Aucune scientifique n’a jamais été assez brave pour aller explorer les méandres des raisons profondes de la disparition des mecs. Et je ne pensais pas que ma copine serait assez brave, elle non plus. Et pourtant, elle le fut.

Elle l’a appelé ! Quand elle m’a dit qu’elle allait l’appeler, je lui ai dit que c’était une perte de temps car il n’allait pas décrocher. Mais il l’a fait ! Il a décroché ! Elle lui a alors demandé des explications. Bon, j’avoue que je n’étais pas présente pendant la discussion (je n’aime pas raconter des faux témoignages), mais d’après ce qu’a raconté ma copine, c’était un truc du genre :

–          Salut, je t’ai envoyé plusieurs textos et tu n’as pas répondu. Comment ça se fait ?

–          Euh, ben tu te rappelles du projet de groupe qu’on a fait ensemble il y a un mois ? Ton boulot était merdique. Je ne peux pas être pote avec quelqu’un qui fait du boulot merdique. Alors voilà, j’ai plus jamais envie de te voir.

Le surnom « Docteur Strange » s’explique à lui tout seul, non ?

Passons le fait qu’il n’ait pas voulu admettre qu’il faisait la gueule à ma copine quand elle a essayé de le contacter –ça c’est de la lâcheté typiquement masculine et j’ai envie de dire, c’est pas une chose rare, malheureusement. Mais la raison ? Je n’étais certes pas là pendant ce travail de groupe, et ma copine a peut-être fait un boulot merdique – d’ailleurs, elle l’a admis elle-même. Mais si c’est si important pour lui d’être avec quelqu’un qui bosse bien en groupe… il suffit de ne plus se remettre dans le même groupe qu’elle, non ? (chose pas vraiment difficile étant donné que les cours sont terminés pour eux)

Mais lui dire qu’il ne peut pas être ami avec elle parce qu’elle rend un boulot merdique ?

Oui, rassurez-vous, j’ai envisagé la possibilité que ce soit un mensonge, tout simplement une excuse pour ne pas revoir mon amie. Mais n’était-ce pas possible de trouver une excuse un peu moins bidon ? Une excuse qui ne le fasse pas passer pour un mec complètement idiot ?

Comme quoi, en fait, les raisons bizarres qu’ont les mecs de soudainement prendre peur et fuir (étrangement je n’ai jamais entendu parler d’une nana qui a fui pour une raison à la con…), il vaut mieux ne pas les connaître. Ça vaut mieux pour nous. Les situations paraissent finalement plus claires quand on ne sait pas exactement pour quelle raison le mec a décidé de fuir. Et surtout, ça évite d’avoir peur de certains mecs qui réagissent vraiment bizarrement aux choses.

Vous avez jusqu’à dimanche pour voter au sondage de mars!

Vous pourriez aussi aimer...

12 Commentaires

  1. Les mecs disparaisseurs, on n’en entend plus parler pendant plusieurs mois / années et finalement, on sait pas pourquoi, du jour au lendemain, ils reviennent prendre des nouvelles.
    Genre :
    1°) Mon 1er “mec” était déjà en couple quand on s’est rencontrés. Il m’a brisé le coeur. Ca lui est arrivé de revenir vers moi. Je pense qu’il voulait se rassurer sur le pouvoir qu’il avait toujours sur moi. Sauf que bon, en vrai, maintenant, il n’en a plus. Ca doit être pour ça qu’il m’a jartée de FB. Bâtard!
    2°) Le 2è cas, c’est un ex aussi. Lui, il a désormais une copine sérieuse. Sauf que ça l’empêche pas des fois, de m’envoyer un sms du genre “Jolies jambes” quand je change de photo de profil. Alors qu’on ne se donne plus de nouvelles depuis plusieurs mois. Pareil, j’pense qu’il veut se tester encore sur moi.

  2. J’ai beaucoup aimé ton article, vu le dernier gars en question avec qui je suis sortie (surnommé “speedy” chez moi ;-) ), quand je le contactais, c’était oui plus tard…mais en fait plus jamais…! Ca me rappelle qu’il est grand temps que je relise ce cher greg tiens! :-D

  3. bah je préfère encore savoir pourquoi les Casper que j’ai rencontré se sont barrés comme ça d’un coup d’un seul, car selon si tu sortais avec ou pas ça peut aider à passer à autre chose !!

  4. J’ai eu affaire à un mec du genre lors de mon dernier flirt. J’harcelais pas, je mettais du temps à répondre, lui me draguait sévèrement, il m’a embrassé, on devait se revoir pour un 3e rencard, zou, plus de news ! Va comprendre.

  5. Un seul a disparu de ma vie un jour, mais alors vraiment bien comme il faut : ne pas donner de nouvelles à J-4 du moment où je devais aller le chercher à la gare pour qu’il me rejoigne en vacances.
    Je n’ai pas accepté ce manque de respect manifeste alors j’ai harcelé, mais pas du tout amoureusement (non, moi à partir du premier lapin mon amour s’évanouit instantanément !!), plutôt genre “donnons-lui une leçon de savoir vivre.”
    D’appels en plein milieu de la nuit aux textos ultra-longs à répétition (copiés-collés de la définition de respect sur wikipédia par exemple) et en quadruple, le bonhomme n’a pas tenu trois semaines.

    Il m’a appelé, pour s’excuser, pour me dire piteusement qu’il ne savait pas ce qu’il lui avait pris de disparaître ainsi. Je lui ai répondu que j’arrêtais mon cirque mais que dorénavant une explication était la moindre des choses et était beaucoup plus respectueuse qu’un silence radio.
    Il a compris, j’en ai éduqué au moins un !

  6. Docteur Strange dit :

    Pouf ! (apparition instantanée dans un grand nuage de fumée)

    D’habitude, ce blog me fait toujours sourire, c’est frais comme un kiskool.
    Mais je n’avais jamais autant ri. Je ne pensais pas y apparaître un jour…
    J’en ai pris pour mon grade, mais c’était fort amusant !
    Je vais guetter mes apparitions dorénavant.

    Pouf ! (disparition instantanée dans un grand nuage de fumée)

    1. Certains devraient s’abstenir de ramener leurs fraises! Se faire discrets, c’est la moindre des choses…

      1. Docteur Strange dit :

        Ooooommm (apparition inexpliquée)

        Un super-héros tel que Docteur Strange ne peut par nature être discret. Et puis, il faut bien qu’il mérite son surnom, il a donc des réactions surprenantes…

        J’ajouterai que la critique est facile lorsque l’on se contente de “on dit” pour le moins déformés, surtout quand on ne connaît la personne ni d’Adam ni d’Ève.

        Voix lointaine : au secours! Au secours! Appelez Docteur Strange!
        Ooooommm (disparition inexpliquée, lâcheté typiquement masculine oblige)

        1. Traiter une AMIE comme sa nana c’est la méga loose ! Donc un conseil de mec pour Docteur Strange : enfiler sa cape de super-héros et aller présenter ses excuses à la fille en question… qui est pas très futée non plus (Docteur Strange ne mérite probablement pas son amitié). Et rompre avec sa nana. S’en trouver une autre avec laquelle il se conduise en copain. Les AMIES, ce n’est pas fait pour ça !
          Sinon, Docteur Strange, trop stylées tes apparitions.
          Une question tout à fait personnelle pour finir : pourquoi les filles cherchent toujours des explications ? La loose, ça ne suffit pas ?

          1. Pas très futée, c’est quand même d’une amie à moi dont il s’agit. =)
            Sur le reste, je suis d’accord avec toi: quand il s’agit d’enfiler sa cape de super héros pour disparaître de façon intempestive, c’est facile. Mais l’enfiler et dire que son super pouvoir, c’est de s’excuser… bizarrement, il n’y a plus personne, tout de suite…

  7. Snow White dit :

    Tiens j’ai parlé de ça avec une amie pas plus tard qu’hier.
    J’ai l’impression que c’est une habitude très répandue que de disparaître du jour au lendemain.
    Je dois avouer que je préfère savoir le “pourquoi” histoire de prendre note de mes “erreurs” ou de passer plus vite à autre chose.
    L’amie a qui j’en parlais a eu droit à un joli cas. Du genre très amoureux pendant plusieurs semaines, limite trop rapide (un week-end en amoureux, organisation des emplois du temps) et un jour plus rien: plus de réponse aux textos et aux appels, suppression facebook… Elle l’a finalement appelé en inconnu et sa réponse “écoute tu es gentille alors arrête et ne demande plus rien, ne m’oblige pas à être méchant, ok?”
    Les hommes… !

  8. Baaaah, y’a encore une autre espèce qui est : le mec qui disparait alors que tu sors avec lui depuis plusieurs mois…

    Je suis sortie deux ans avec un mec qui disparaissait le jeudi soir sans donner aucune nouvelle, et qui revenait le lundi, la queue entre les jambes…

    Ascenseur émotionnel bonjour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *