C'est vous qui le dites

Pourquoi je préfère être le settler

Si vous voulez en savoir plus sur la vie, sur les relations entre deux personnes, j’ai deux conseils pour vous :

  1. Premièrement, lisez ce blog. Mais moi, comme Carrie Bradshaw, je suis experte en célibat. Tu me mets sur le territoire inconnu d’une relation de couple et je me sens complètement perdue, un peu comme je suis actuellement.
  2. Deuxièmement, regardez How I Met Your Mother. Barney vous apprendra à assumer votre célibat, Ted à chercher l’amour, Robin à être forte et indépendante et enfin, Marshall et Lily vous apprendront à être en couple. Et c’est bien d’un rapport Marshall/Lily que je veux vous parler actuellement.

Dans chaque relation, il y a un reacher et un settler. Le reacher est celui qui sort avec quelqu’un de mieux qu’eux (le plus souvent, c’est physique – ça peut être interprété par autre chose, mais pour la simplicité de l’article, restons dans le physique, car il faut pas déconner, c’est quand même lui qui va l’emporter au final). Le settler, c’est celui qui accepte de se caser avec quelqu’un de moins bien qu’eux. Certes, il existe des relations où les deux sont à égalité – probablement même que ça existe ailleurs que dans le monde des Bisounours – mais disons que dans 99,99% des cas, il y a quand même un reacher et un settler.

Je vous ai demandé le mois dernier si vous préfériez être le reacher ou le settler. J’étais assez étonnée des résultats car les deux sont pratiquement à égalité : 48% des votants pour reacher avec 82 votes et 52% des votants pour settler avec 89 votes. Personnellement, je pensais que le settler l’emporterait davantage. Il doit y avoir une certaine satisfaction à être mieux que son partenaire, non ? Généralement, le settler le sait, surtout quand il s’agit d’un homme – le manque de confiance en soi et la sous-estimation sont des qualités majoritairement féminines. N’est-ce pas très fatigant d’être avec quelqu’un qui non seulement est mieux que nous, et le sait ? Comme le dit cette lectrice que je soutiens totalement dans sa façon de penser :

« Disons que j’ai fait les 2, et que reacher est trop fatigant, émotionnellement parlant. J’ai déjà de  base tendance à me sous-estimer, donc si je vois mon mec comme « mieux » que moi, ça me détruit au bout d’un moment : je me sens comme une merde, je me laisse marcher sur les pieds, enfin c’est moche à voir quoi. Etre avec quelqu’un qui n’est pas « mieux » (sans forcément aller jusqu’à dire qu’il est moins bien) est beaucoup plus épanouissant, et puis il y a moins de risques d’être déçue. »

La nana reacher, c’est la nana qui se tape toute la jalousie. La nana reacher, c’est la nana qui voit une autre nana dix fois mieux qu’elle draguer son mec et qui se dit mais putain, s’il peut avoir une nana comme ça, pourquoi reste-t-il avec moi ? La nana reacher, c’est celle qui accepte toutes les concessions pour que le mec ne parte pas car elle sait que jamais de la vie elle ne pourra avoir mieux. Enfin, la nana reacher, c’est la nana qui se fait larguer. Bon certes il y a toujours des exceptions. Je pense notamment à la saison 1 de Friends où Chandler sort avec Aurora qui est super canon et il la quitte parce qu’il ne veut pas accepter de la partager avec 3 autres mecs (je souligne quand même qu’il avait accepté de la partager avec 2… donc il avait déjà bien traîné dans la boue avant). Mais sinon, c’était bien la fiancée de Ben Stiller qui l’avait quitté dans Polly et moi (Ben Stiller est un super acteur mais on repassera pour le côté canon). C’était bien Hugh Grant qui avait quitté Bridget Jones. C’était bien Mr. Big qui avait abandonné Carrie Bradshaw à l’autel.

Et même dans ma vie personnelle, cette loi s’applique : mes deux derniers ex, K. et F., étaient clairement des canons. Mais genre des vrais. K. avait des traits parfaits et mesurait plus de 1m80. F. avait le plus beau corps que j’avais jamais vu sur un homme de mon existence toute entière, et je pense que c’était bien la première et la dernière fois qu’un type avec un tel corps a accepté de coucher avec moi. Les deux m’ont quitté pour Clochette qui était encore mieux qu’eux, qui était le settler dans chaque cas (enfin, aux dernières nouvelles, elle est toujours avec K., mais en même temps ça doit bien faire six ou sept mois que je me suis pas renseignée)et du coup, qui était tolérée par chacun de ces types qu’elle pouvait maltraiter comme bon lui semblait.

En ce moment, je ne sais pas si mon mec est mieux ou moins bien que moi ; c’est difficile à dire. Ce qui est certain, c’est que lui pense que je suis beaucoup mieux. L’autre jour, on prenait un verre ensemble et je parlais du fait que les femmes sortent beaucoup plus souvent avec des mecs moins bien physiquement qu’elles parce que le physique est moins important pour elles que pour les hommes. Et pour appuyer mes propos, j’ai dit : « Par exemple, t’en connais beaucoup toi des mecs canons qui sortent avec des nanas quelconques ? Tu vois, tu trouves pas. En revanche, je suis sûre que tu connais des mecs quelconques qui sortent avec des nanas canons ! ». Et là, il me répond, sans réflexion aucune : « Oui, moi ». J’ai trouvé ça trop mignon, mais en dehors de ça, j’ai surtout trouvé que la balance du pouvoir venait de pencher en ma faveur avec une intensité féroce. Si je suis le settler, je pourrai davantage imposer mes conditions à moi dans le couple, et ça, j’aime.

Mais alors, qu’est-ce qui pousse les gens à être reacher ? Je peux quand même comprendre… à la base, la première chose qu’on voit chez quelqu’un, c’est quand même le physique. Et si cette personne nous attire, à moins que nous-mêmes on soit un sacré canon, il y a de fortes chances pour qu’elle soit mieux que nous. Et si on veut faire marcher la relation malgré le fait qu’elle est vouée à une fin tragique pour nous, on est forcé de devenir le reacher. Comme cette lectrice :

« Je pense être une reacheuse. Même si je ne me trouve pas canon, j’estime que ce n’est pas pour ça que je dois me tourner vers des mecs qui ne me plaisent pas plus que ça. »

J’en parlais l’autre jour avec un de mes potes, en lui expliquant que personnellement, je préférais être le settler. Il m’a répondu : « Oui mais toi, les gens te connaissent. Ils te jugent déjà par rapport à toi. La prochaine étape, c’est quand ils te jugent non plus par rapport à toi, mais par rapport à ce que tu peux avoir. Et si tu peux avoir un canon sans en être un toi-même, les gens sont admiratifs. »

Je suis orgueilleuse. Je peux comprendre ce genre de choses. Je peux comprendre que quand on arrive à avoir un mec trop beau, on montre sa photo à tout le monde en mode : « Regardez ce que j’ai réussi à choper ! ». Derrière la douleur de ma rupture avec F., j’aurai quand même quelques grammes de fierté d’avoir réussi, pendant quelques temps, à faire partie des centres d’intérêt, même secondaires, d’un mec pareil. Mais à partir du moment où le beau gosse m’a larguée, mon orgueil et moi, nous avons beaucoup moins fait les malins. Les gens ne jugent pas uniquement le fait qu’on ait réussi à avoir un beau gosse. Les gens jugent également celui qui a le pouvoir dans une relation. Et si tu es le reacher, ton pouvoir, tu peux lui dire adieu.

C’est fou comme toute thématique de couple se rapporte plus ou moins à la balance de pouvoir… non ?

N’oubliez pas de voter au sondage du mois de mars!

Vous pourriez aussi aimer...

10 Commentaires

  1. Je ne connaissais pas les termes de “settler” et “reacher”. En y réfléchissant un peu, j’ai pratiquement toujours était settler. Par contre, je pense que ça peut dépendre du point de vue : dans ma relation actuelle, je me considère comme reacher et mon mec également LOL Dans ce cas-là, comment fait-on ?! ;)

  2. Mais ouais mais ça dépend des rencontres à chaque fois au final. Autant j’ai été en couple un an avec le sosie de Jared Leto, autant demain je vois un plan cul régulier qui serait plutout le sosie de José Garcia gros (et avec moins de cheveux)… Comme quoi !

  3. J’ai, à la lecture de ton article, demandé à Chéri qui il estimait être dans notre relation, le settler ou le reacher et il m’a répondu du tac au tac : “j’estime que je suis chanceux”. Il est pas mignon cet homme ? Malin car il a réussi à détourner la question, mais si joliement (et hypocritement) dit que je n’ai pas pu insister ;-)

  4. crotte de mammouth dit :

    J’avoue que je sais plus trop ce que j’avais répondu à ce sondage, je m’étais trouvé un peu embêtée pour répondre parce que contrairement à toi je ne pense pas du tout que la beauté soit le seul critère pour juger si on est le reacher ou le settler. Du coup il m’est arrivée plusieurs fois de sortir avec des mecs plus beaux que moi (je suis pas spécialement jolie et en plus j’ai vraiment un gros cul !), ce qui perso me donnait le sentiment d’être la reacheuse, alors que tous m’ont avoué à un moment ou un autre avoir un complexe d’infériorité par rapport au fait que j’ai fait des études brillantes, que je suis cultivée, que j’ai le sens de la répartie, etc. Et au final en termes de balance du pouvoir (puisque c’est de ça qu’il s’agit !), j’y ai plus souvent été gagnante, je crois en tout cas !

  5. Pinaise, c’est brillant, c’est fin, c’est super agréable à lire ! Quelle belle découverte !

  6. Je voulais apporter mon témoignage de reacher qui vit bien son statut. J’ai voté reacher tout simplement parce que dans mon couple je le suis. Au début je me demandais bien comme tu dis pourquoi mon settler s’était intéressé à moi alors qu’il pouvais avoir des nanas 10 fois mieux. Et bien tout simplement parce que l’apparence ne rentre pas en ligne de compte dans les relations de tous les jours : quand tu es bien avec quelqu’un et bien tu es bien et c’est tout. J’avais un gros manque de confiance en moi, comme beaucoup de femmes, je me sentais inférieure, et pourtant c’est mon settler qui m’a aidé à en retrouver en me valorisant. Il ne m’a toujours considéré comme son égal. Donc si ça été un rapport de force dans les premiers temps ça ne l’est plus du tout. Je crois que je le vis aussi bien parce que je ne suis pas non plus d’une nature trop jalouse . Quand une fille mange des yeux mon settler, je la regarde avec insistance en pensant dans ma tête “et oui cocotte ce soir c’est dans mon lit qu’il dort”. Par contre mon settler est d’un naturel plus jaloux que moi. Allez comprendre!! En tout cas cette situation n’a rien de fatigante pour moi bien au contraire.

  7. Je pense plus reacher, même si mon ex était -je trouve- moins beau que moi, intellectuellement il me dépassais. Aujourd’hui en tant que célib évidement je me me trouve quasi tjs moins belle que les mecs, et j’avoue rechercher des mecs plus ou moins appétissants. Après c’est dur à dire et d’être objectif sur sois-même.

  8. Oh quelle belle découverte via Hellocoton ! C’est tellement vrai ce que tu dis…
    Célibataire depuis quelques temps, je m’y retrouve dans tous tes articles ! :)

    Ameline,
    http://journalduneame.fr

  9. Mon opinion à moi, c’est que croire en ce genre de concept entre homme et femme, et donc le pratiquer, c’est conduire à des successions d’échecs amoureux.
    Si d’entrée dans une relation tu te dis il est mieux que moi ou je suis mieux que lui, comment veux tu un seul instant que cette relation dure ?!! Aucun des couples de mon entourage (ni le mien), qui durent depuis plus de 10 ans n’ont un tel mode de fonctionnement.
    Je pensais qu’il n’y avait que dans les secret story et compagnie qu’on ne retrouve de tel concepts “amoureux” (et dans les films à l’eau de rose mais CE SONT DES FILMS !)

    1. Bien sûr que ce n’est pas un concept qu’on “pratique”. Aucune personne en couple ne va aller crier sur tous les toits la dynamique de leur relation, mais force est de constater que les gens s’en rendent comptent forcément, la plupart d’entre eux en tout cas… Les êtres humains aiment se comparer. Même s’ils n’y pensent pas, je pense que si on leur pose la question, chacun pourrait d’emblée déterminer s’ils sont “reacher” ou “settler” dans leur couple. Après, si vraiment pour toi, tu n’as pas de réponse à cette question, tant mieux! Mais je pense qu’au contraire, c’est dans les films à l’eau de rose qu’on rencontre les couples parfaits, dans les couples de la vie de tous les jours il y a des “reachers” et des “settlers”…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *