Relations

Les théories de Barney Stinson: la Hot-Crazy Scale

Il y a des trucs dont on est obligé de parler quand on tient un blog où on parle de cul et des relations amoureuses de temps en temps (ce qui est le cas de mon blog, au cas où vous venez d’arriver). Ce sont les théories de Barney Stinson. Again, si ce nom ne vous dit rien, je ne peux que vous conseiller de regarder la série How I Met Your Mother car je pourrais consacrer un article à ce personnage, il ne suffira pas à le définir. Mais rassurez-vous, même sans connaître Barney, vous allez comprendre la suite de cet article. Je me dois de rendre ce blog accessible à tous.

Plusieurs théories de Barney m’ont inspirée des sujets d’articles, j’avoue : j’en avais déjà parlé dans mon article sur le Syndrome de la Sirène, mais bon là j’avais un peu retourné une théorie de Barney pour qu’elle corresponde à la situation. Là je vais vous parler d’une théorie de Barney appliquée dans son contexte, et dans son sens littéral. J’ai nommé la Hot-Crazy Scale (oui le nom est en anglais, pas parce que j’ai envie de me la péter, mais parce que je ne connais pas la série en autre chose qu’en anglais, donc je ne connais pas le nom français… et de toute façon je suis sûre qu’en français il aurait moins la classe).

En gros, selon Barney, une fille a le droit d’être « crazy » (folle), si elle est aussi belle qu’elle est crazy. En d’autres termes, la crazéité (j’adoooore inventer des nouveaux mots) d’une fille doit être au maximum proportionnelle à sa beauté, sinon la fille est trop crazy pour qu’on sorte avec. La hot-crazy scale ressemble donc à ceci :

La diagonale Vicky Mendoza représente la diagonale au-dessus de laquelle il faut choisir les filles (les filles ok, en vert sur le schéma, donc). Cette diagonale a été ainsi nommée en l’honneur d’une fille avec laquelle est sorti Barney, qui passait son temps à franchir la diagonale et passait sans arrêt de fille ok à fille pas ok, tantôt en se faisant refaire les seins, tantôt en se rasant la tête, tantôt en poignardant Barney avec une fourchette, tantôt en faisant un régime.

Je n’avais pas prêté d’attention spéciale à cet épisode – enfin, si, j’ai rigolé, j’ai trouvé ça marrant, comme n’importe quel autre épisode de la série, ha ha. Et puis, en le revoyant, je me suis rendu compte à quel point la Hot-Crazy Scale expliquait tous les événements récents de mon existence (F., K., Clochette, toussa, toussa). Je me suis toujours demandée pourquoi F. et K. pardonnaient tout à Clochette et trouvaient que c’était la créature la plus parfaite au monde alors qu’il s’agissait d’une hystérique psychopathe (et ça, ce n’est pas que moi qui le pense). Alors que moi, quand F. m’a quittée, il a suffi que je dise « tu me le paieras » et que je gueule dix secondes sur K. pour qu’on me file une réputation de cinglée hystérique à ne pas approcher même sous la torture.

La réponse, c’est Barney qui m’a soufflée. Je me suis amusée à placer quelques célébrités sur la Hot-Crazy Scale : moi, Clochette, Amy Winehouse, Audrey Hepburn, Katy Perry et Liliane Bettencourt. J’ai mis une petite patte de chat à chacun de leurs emplacements, je trouvais ça mignon (et aussi Photoshop n’avait pas de forme prédéfinie croix). Voilà le résultat :

Je m’aperçois que même si Clochette est de très loin la plus cinglée de toutes (oui oui même devant Liliane), on lui pardonnera tout car avec son visage d’ange et sa silhouette Slim-Fast elle se situe toujours au-dessus de la diagonale Vicky Mendoza (pas de beaucoup certes, mais en même temps il fallait qu’elle soit sacrément canon pour compenser sa psychopathie). Moi, bien que beaucoup moins cinglée comme on peut le voir sur le schéma, je me situe légèrement en-dessous de la diagonale Vicky Mendoza (encore une fois pas de beaucoup, je suis quand même beaucoup plus hot que Liliane hein !), parce qu’une seule de mes cuisses fait probablement la circonférence du corps de Clochette. Certes, j’ai des plus gros seins. Mais le poids des seins dans la Hot-Crazy Scale est relativement négligeable (regardez où se situe Audrey Hepburn qui n’en avait pourtant pas beaucoup… devant Katy Perry qui en a elle énormément).

Et donc, Clochette peut se permettre d’interdire aux mecs de faire tout  et n’importe quoi, de traiter toutes leurs amies filles de putes et piquer des crises sans raison aucune parce qu’elle est canon. Vous trouvez ça injuste ? Moi aussi. Et pourtant, c’est comme ça. Les mecs préfèrent sortir avec une fille canon qu’avec une fille qui ne leur pourrit pas la vie.

Cela dit (souci de parité) peut-on vraiment dire que c’est totalement faux dans le cas des filles ? J’ai tendance à penser que c’est moins vrai car les filles sont en général moins sensibles au physique que les hommes.  Mais ce n’est pas complètement faux pour autant. Dans la saison 1 de Desperate Housewives, combien de temps Susan Mayer est restée accro à Mike Delfino alors qu’elle pensait que c’était un tueur de sang-froid ? Parce qu’il a des beaux bras musclés et on peut tout lui pardonner…  Dans la saison 1 de Dr House, Cameron n’a-t-elle pas fait des pieds et des mains pour sortir avec Gregory House alors que c’était un taré qui insultait ses patients et ses collaborateurs ?

Et, parce que les séries télé c’est bien gentil mais donner un exemple de la vraie vie c’est quand même mieux, combien de temps je suis restée accro à K. ? Je donne K. en exemple et non F. car K. a donné, sur le total, beaucoup plus de signes du fait qu’il s’agissait d’un taré. Il était opposé aux sucreries (quelle idée !), avait pour seul objectif dans la vie maigrir (alors qu’il n’avait pas un gramme de graisse), faisait des infarctus quand il restait célibataire plus de 30 secondes de suite (certes c’est une exagération, mais le principe est là !) et last but not least, était éperdument amoureux de la seule fille au monde encore plus tarée que lui (Clochette pour ceux qui ont suivi). Et moi, j’ai couru après… ça ?

Je suis une victime de la Hot-Crazy Scale et de l’aveuglement qui s’ensuit, tout comme un vulgaire mec. J’ai honte.

Vous avez une opinion très arrêtée sur l’épilation du maillot ? Le sondage du mois de novembre est fait pour vous !

Vous pourriez aussi aimer...

13 Commentaires

  1. les filles sont attirées par des salauds et les mecs par des chieuses, heureusement ce n’est pas général !!

  2. J’adore cette série et j’avoue que les théories de Barney Stinson sont souvent pas si foireuses que ça…. et je partage ton avis sur celle ci. Un de mes ex était complètement psychopathe (jusqu’à être jaloux que ma soeur puisse me voir nue par exemple ! c’est pour dire) et pourtant il me plaisait tellement que j’ai fait avec pendant deux ans… Mon actuel dirait malgré tout que effectivement “les filles aiment toujours les salauds et qu’elles savent pas choisir le mec bien, qui n’attend que ça que de la rendre heureuse”… Je doute qu’on puisse réellement en faire une généralité, mais y’a un peu de vrai quand même là dedans je trouve :)

  3. Une question : Le concept de la crazyness peut-il s’appliquer dans un sens positif ? Je me considere comme plutot folle, mais dans le sens ou je dis/fais n’importe quoi sans me soucier des autres et que je suis plutot dingue dans le sens marrant… Mais pas folle dans le sens “tuer les gens avec une fourchette” ou aimer les faire souffrir. Puis-je donc rentrer dans la Hot-Crazy Scale ???

    1. Oui, c’est dans cette optique-là que j’ai mis Katy Perry sur le graphe!

      1. Dans ce cas là je pense me situer un ptit peu au dessus de Amy Whinehouse .J’espère être quand même plus jolie qu’elle vu que je ne fume pas, ne me drogue pas et ne suis pas alcoolique ! J’ai donc quelques chances encore…

  4. C’est tellement vrai ! J’ai moi même connu ça, mais après quelques tarés on s’ennuie vite, et surtout, on les voit venir !

  5. MDRRRR Lilianne Bettecourt. J’aime Barney d’amour pur :D

  6. j’adore ! Holalalalala !

  7. mournblade dit :

    Je n’ai pas vu cet épisode mais c’est on ne peut plus vrai. Il y en a qui courent après les blondes, les rousses, les brunes, les fortes poitrines et j’en passe. Pour ma part mon truc c’est les fofolles.
    Relations certes dangereuses car le pire n’est jamais sur mais quel plaisir d’avoir affaire à quelqu’un de totalement imprévisible.
    un peu de lecture http://livre.fnac.com/a2534582/Barney-Stinson-The-Bro-code

    1. Waaaaa le Bro Code en vrai! C’est merveilleux!

      1. Je l’ai !
        Et j’ai le Playbook aussi :)

  8. Aïe, j’suis trop crazy donc il faut que je soit putain de hot pour compenser… Bon, y a du boulot ^^

    (excellent épisode d’ailleurs)

  9. Marie-Elise dit :

    Quel est l’épisode et la saison où Barney parle en Français ? Je cherche depuis longtemps, j’aimerais une réponse.. :S Merci..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *