C'est vous qui le dites

Couvrez ce sein que je ne saurais voir

Couvrez ce sein que je ne saurais voir,
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.

(Tartuffe, acte III, scène II, vers 860-862)

Après la crise, après le chômage, après les problèmes environnementaux, après toutes les guerres, après la réalisation que dans même pas un mois un mini Sarkozy verra le jour, je vous offre enfin une bonne nouvelle.

MES LECTRICES AIMENT LEURS SEINS. 56% des lectrices du blog Un célibat au goût de Nutella ont une opinion favorable ou très favorable à leurs seins.

Quand je publie un sondage, dans ma tête, je fais des prévisions sur ce que les résultats pourraient bien être. Et après le nombre de mecs qui m’ont rabâché que « de toute façon, les femmes satisfaites de leur poitrine, c’est super rare », je m’attendais plutôt à ce que mes lectrices se plaignent de leurs seins. De là, trois possibilités s’offrent à nous.

Première possibilité, mes lectrices m’ont honteusement menti : c’est vrai ça, ses complexes, c’est pas un truc qu’on va balancer à n’importe qui sur un blog et ce même si on est caché devant un pseudo (on sait jamais, des fois que la NASA découvrait que vous aimez pas vos seins, ça serait le drame). Bof, moi je préfère penser que mes lectrices sont honnêtes, en tout cas avec moi. (monde des Bisounours, quand tu nous tiens) Deuxième possibilité, mes lectrices ne sont pas du tout représentatives des femmes normales. Pas impossible, quand je vois les recherches Google que certains font pour venir ici, je me dis que vous êtes toutes un tout petit peu chtarbées – no offense. Troisième possibilité, c’est les mecs qui avaient tort : les femmes aiment leurs seins, et ils cherchent juste à nous convaincre qu’on s’aime pas pour qu’on couche plus facilement avec eux. Celle-là c’est ma théorie préférée, parce que la conspiration des mecs pour nous mettre dans leur lit, c’est quand même sacrément réaliste. (Barney Stinson quand tu nous tiens !)

Personnellement, j’ai toujours pensé que tout le monde avait quelque chose de parfait dans son physique. Même les gens très moches. Sauf que chez les gens très moches, ce quelque chose de parfait est bien plus petit et/ou bien moins visible que chez les gens très beaux. Et depuis que j’ai genre treize ou quatorze ans, j’ai toujours pensé que mon quelque chose de parfait à moi, c’étaient mes seins.

Au fur et à mesure que j’ai grandi et commencé à permettre à des individus masculins de voir et « évaluer » mes seins, je me suis confortée dans cette idée. Certains mecs – pas tous, mais une bonne quantité – faisaient une tête assez mémorable quand ils me retiraient mon soutif. J’ai eu droit à des « WAOU », j’ai eu droit à des « Ils sont fous tes seins », j’ai eu droit à des « Je pourrais caresser tes seins toute la nuit ». J’ai même eu droit à un « J’ai jamais vu des seins aussi beaux ». Le mec en question avait 25 ans et avait couché avec une bonne vingtaine de nanas, j’en ai déduit qu’il savait de quoi il parlait.

Je dis ça sans honte. Je me dis que la nature me devait bien ça vu les cuisses qu’elle m’a données.

En plus, honnêtement, les seins ne font pas tout. F., qui criait sur tous les toits qu’il préférait les gros seins, n’a pas hésité la moindre seconde quand il s’agissait de me quitter pour Clochette qui en a des bien plus petits. Parce qu’il était amoureux d’elle. (pour des raisons obscures et inaccessibles, certes, n’empêche la passion n’a jamais été vecteur de réflexion intense)

J’ai bien évidemment sélectionné quelques verbatim de la team Amoureuses de leurs Seins : « Les miens sont petits sans être riquiqui, mais j’ai fini par les accepter, et j’ai même appris à les aimer ! J’avoue quand même que je n’y suis pas arrivée toute seule: mon copain y est pour beaucoup, il considère que c’est bien mieux des petits seins qui tiennent dans ses mains, que des gros qui débordent. » Je m’attendais bien évidemment qu’on me sorte l’histoire du « sein qui doit tenir dans la main d’un mec ». C’est généralement ce que disent les filles avec des petits seins pour mieux s’accepter. Personnellement, je fais du 90C, j’utilise souvent cette phrase pour inciter les mecs à me toucher les seins (non mais souvent c’est parce que je m’apprête à coucher avec hein. Je dis pas ça aux mecs que je croise dans la rue. Je préfère préciser on sait jamais), et je n’ai jamais eu de problèmes de seins qui débordent. Les mains des mecs sont grandes les filles ! (bon à moins de sortir avec un vrai gringalet qui fait peur) N’empêche, je dis ça, mais entendons-nous bien : je ne pense absolument pas que des gros seins soient mieux que des petits (mieux vaut des petits seins avec une jolie forme que des gros qui tombent de partout). Mais je crois juste qu’il faut se chercher un autre argument.

« Oui je les aime !! C’est mon principal atout charme d’ailleurs. Il n’y a que le soir, sans soutif, qu’ils m’énervent, je les trouve tombants. » Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à jouer de mes seins pour faire mon petit effet. Mais par contre, je conseille à la personne qui écrit ça de se réjouir : les vrais seins tombent tous forcément un peu ! Les seuls seins qui ne tombent pas, ce sont les seins siliconés ! Et ça pour le coup, s’il y a un truc moche, c’est bien ça. S’il existe vraiment des mecs qui sont attirés par les nanas qui ont des ballons gonflables à la place des seins, ces mecs-là n’ont pas très bon goût !

« Moi, j’ai mis « Oui, beaucoup » parce que c’est vrai. Je les mets d’ailleurs vachement en avant parce que c’est mon principal atout séduction (avec mon regard, apparemment). Et lors d’un rapport, je vois bien que le mec les adore aussi. C’est ce qui m’a aidé à les apprécier d’ailleurs. » Gniiiiii, on est plusieurs. La vie est quand même bien faite.

Et qu’en est-il des autres, celles qui disent ne pas aimer leurs seins, la team I Hate My Boobs ? Si 15% des votantes ont dit « ça dépend », 29% de mes lectrices ont une opinion défavorable ou très défavorable à leurs seins. J’aimerais leur dire qu’il faut accepter leurs seins comme ils sont, qu’ils sont sûrement très beaux et bla bla bla. Sauf que ça, c’est ce que disent les Bisounours. (imaginons-nous dans un monde de Bisounours pervers qui parlent de seins à longueur de journée) Je pense qu’on a toutes quelque chose de parfait dans notre physique mais aussi quelque chose de moins parfait. Ce que je conseillerais plutôt, c’est mettre en avant ce qu’on a de parfait. Par exemple, si vous n’aimez pas vos seins parce que vous les trouvez trop petits, vous devez certainement être mince avec de jolies cuisses. (Veinarde !)

« Non, je n’aime pas mes seins ! Quoique bien formés, ils sont trop petits, et j’en ai souffert au collège, au lycée, et toujours maintenant en post-bac. Remise en doute de ma féminité, c’est marrant une fois, mais pendant 8 ans, ça devient lourd … Et en plus je suis rousse, alors je cumule ! » Cette demoiselle est un excellent exemple de fille qui devrait mettre en valeur ses cuisses. Par contre, je tiens à rebondir sur la rousseur : ma chère sais-tu que je passe un dimanche par mois sans vie ni rien avec les cheveux tartinés de henné pour pouvoir te ressembler ???

Un truc que j’ai remarqué aussi dans vos commentaires, c’est la place du chéri dans votre vision de vos seins. Entre « M’enfin, le plus important est qu’ils plaisent à mon chéri ! » et « Mais je dois reconnaître que le regard de mon chéri sur eux m’aide à les accepter », vous cumulez, sérieux ! Et si vous changez de chéri, vous changez d’opinion vis-à-vis de vos seins peut-être ?

Ça m’étonne, ça me révolte, et puis en y réfléchissant, je m’aperçois que je ne suis pas mieux. C’est vrai, quand mes seins ont commencé à se développer, j’ai commencé à les apprécier par moi-même et à en être fière, mais si le premier mec qui m’avait désapée quelques années plus tard m’avait dit « pouah quelle horreur » aurais-je continué à en être fière ? Pas sûr. Et d’ailleurs je me suis largement servie des opinions de mes partenaires pour appuyer ma théorie sur comme quoi j’ai des beaux seins. (mes théories sont profondes)

Je tiens à préciser que le fait que cet article tombe en octobre qui se révèle être le mois du cancer du sein est un pur hasard. Je ne pense jamais à des trucs comme ça, j’écris quand je suis inspirée c’est tout. Parfois, mes inspirations sont juste hyper intuitives. Mais n’empêche, juste, n’oubliez pas d’aller faire votre dépistage chez le gynéco, toussa toussa.

Et n’oubliez pas de voter au sondage d’octobre! (qui certes est moins olé olé car il ne parle pas de seins, mais vous pouvez le rendre olé olé si vous me parlez de votre expérience !)

Votez pour moi aux Golden Blog Awards (vous pouvez voter tous les jours) c’est important pour moi!

Vous pourriez aussi aimer...

9 Commentaires

  1. je fais 1m55 pour du 95F et quand je suis mince je tombe à du 90E. De fait, mes seins et moi on est pas copains. Entre les pervers, les mecs qui veulent te sauter pour ça et le pb de fringues, c’était déjà corsé. Mais ça me nique le dos, ils sont complètement insensibles au toucher (quoique je sens la griffe de chaton dans le téton) et me tombe jusqu’aux genoux. MEX les aimait bien, M.Pasd’Bol a juste eu l’élégance de me dire “ça a l’air bien avec les vêtements, mais quand on retire le soutif on crie à la fraude”. Bref, je ne pense même pas qu’un homme les aime en vrai.

  2. Je crois que j’avais répondu “ça dépend”, parce que, j’m’en fiche un peu en fait. J’ai longtemps cru faire du 85B (ma sœur me refilait ses soutifs, ça semblait aller), j’ai ouvert les yeux dans les vestiaires à la fac de sport. Déjà au lycée, les filles disaient “ils sont trop beaux tes seins” et j’voyais pas trop, pour moi, ils étaient normaux. A la fac, quand j’ai vu mes camarades gymnastes avec des seins tout petits portant du 85B rembourrés, j’me suis dit “toi, tu devrais essayer des soutifs plus grand”. Ah bah oui, 90C c’est bien mieux ! Et ma sœur est jalouse (du coup, elle s’est mise au 90C aussi, mais rembourré).
    Ah je blablate ! C’est aussi quand les garçons m’ont dit que j’avais de beaux seins que j’ai compris qu’ils étaient bien les cocos. Un peu chiants pour le sport, mais pas trop non plus.
    Après, ils sont là, j’fais avec hein !
    Mais je persiste à penser que si je n’avais pas les pectoraux si développés, ben mes seins, ils ne seraient pas ce qu’ils sont !

    1. Ah oui, j’voulais te mettre un lien : http://www.desseins-de-femmes.fr/

      1. J’ai posté ma photo :) faut attendre 48h pour voir si elle a été acceptée :)

  3. Moi j’aime mes seins ! Ils sont petits (juste comme il faut ! il ne faudrait pas qu’ils soient plus gros car je suis pas fan des gros seins, surtout sur ma morphologie).
    Dans tous les cas, ils me plaisent, ils plaisent à mon homme, et tant qu’ils n’ont pas de cancer, tout va bien :)

    Bonne journée !!!

  4. Perso j’aime bien mes seins, c’est sans doute pour ça que je suis toujours entrain de porter des décolletés ! C’est vrai que les regards des mecs sur mes seins m’ont bien aidée à les porter fièrement ! Et c’est sans doute à cause de mes seins que j’aime les hommes aux grandes mains!!!!!

  5. J’adore être citée :-)

  6. on va dire que je me contente de ce que j’ai, je les trouve correct mais je ne leur voue pas un culte non plus, l’avantage est que je peux porter un peu tout ce que je veux et puis si un mec un jour s’en plaint il va voir ailleurs :)

  7. Avez-vous lu Pseudo, le dernier roman d’Ella Balaert ? Je crois que c’est fait pour vous : un roman par mail, où trois femmes inventent une femme, Eva, dont chacune écrit les mails à tour de rôle. L’enjeu est de séduire un homme, Ulysse. Un jeu de masque fort périlleux, où l’ identité elle-même est remise en question. L’écriture est somptueuse, précise, presque précieuse, et si sensuelle… C’est un peu Les liaisons dangereuses, aujourd’hui.
    Je viens de le découvrir, et je le présente en ce moment sur mon site de philosophie :
    http://jeanpaulgalibert.wordpress.com/
    A bientôt, peut-être…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *