Relations

Poke Friends, la nouvelle façon d’être à deux

Cet article a été inspiré par l’article de Lucie « Twitter n’est pas embrasser » et accessoirement l’article de Michael Ange « SexFriends ou les nouvelles façons d’être à deux ».  Parce qu’il y a une façon d’être à deux que Michael Ange a oubliée : les Poke Friends.

Notons qu’en soi, je n’ai rien contre les histoires qui commencent sur les réseaux sociaux. En soi, c’est comme ça que mon histoire avec F. avait commencé. Si maintenant j’ai tout un tas d’arguments anti mon histoire avec F., je n’avais rien contre à l’époque où on était ensemble et où j’étais je suis toujours follement amoureuse de lui.  On se connaissait avant – ya vraiment des gens qui se draguent sur Facebook sans se connaître avant ? ya vraiment des gens qui prennent Facebook pour Meetic ? ya vraiment des gens qui acceptent des gens qu’ils ne connaissent pas sur Facebook sans se méfier ? – , mais pour moi il n’était rien de plus que l’ex de mon ancienne amie slash grosse connasse Clochette, et pour lui, je n’étais rien de plus qu’une amie de son ex. On avait dû échanger trois mots en vrai.

Alors, on a commencé à se parler de plus en plus – déjà que la première fois, on avait discuté non-stop de 22h jusqu’à 3h du matin, essentiellement pour casser du sucre sur le dos de K. – et ça si vous lisez un peu mon blog, c’est un truc que j’adore faire. Même si c’est moins ma priorité maintenant. Casser du sucre sur le dos de F. et imaginer tout un tas de scénarios meurtriers dans lesquels il crèverait dans d’atroces souffrances, je trouve ça beaucoup plus marrant que parler de K. Bref, c’est pas important. Et après avoir passé des soirées à se parler sur Facebook, on est passés aux SMS et il a fini par m’inviter à sortir.

Maintenant que j’y pense, beaucoup de gens m’ont invitée à sortir via Facebook. K. en est un exemple, après avoir discuté à une soirée, il m’avait invitée « à voir les nouvelles décorations sur les Champs Elysées » (les décorations qui ont été accrochées le jour après notre rencard… oui les prétextes foireux ça existe aussi ^^). Et cette invitation a été faite via la discussion en ligne sur Facebook. Wolf l’homosexuel refoulé en est un exemple aussi, il m’avait envoyé un message en ligne sur Facebook pour me dire « ça te dirait qu’on aille boire un verre pour parler un peu ». (moi qui espérais que parler un peu serait un euphémisme pour baiser comme des lapins… je me suis bien plantée)

Mais toutes ces communications passant par des réseaux sociaux ont un point en commun parfaitement distinguable : il y a eu des mots en circulation. Genre « bonjour ». Genre « salut ». Genre « ça va ? ». Genre « allons boire un verre ».

Récemment, je me suis trouvée un Poke Friend. Une de mes amies, Lizzy (comme à l’accoutumée, c’est un pseudo, et faut réfléchir longuement pour savoir comment il est venu, mais vous pouvez trouver… je prends toutes les propositions !),a fait une soirée il y a environ une semaine et demie, et je m’y suis rendue, en mettant fièrement mes nouvelles mary-jane rouges à talon bobine (comment ça tout le monde s’en fout ?). Et là, j’ai découvert une adorable machine à spermatozoïdes ambulante : un jeune homme que nous appellerons Mr. Poke (j’expliquerai plus tard pourquoi même si je pense que vous avez déjà deviné… je ne suis vraiment pas forte pour maintenir le suspense). Mais bon, je me dis, un mec comme ça, soit il est casé, soit à la manière de F., il a des gros problèmes existentiels.

Je prétexte donc d’aider Lizzy à faire la vaisselle (quiconque me connaît bien aurait suspecté quelque chose, étant donné que chez moi, la vaisselle n’a pas été faite depuis le Nouvel An), et je lui demande :

–          Dis donc, Mr. Poke, il a une copine ?

–          Non.

Ya comme un truc qui cloche, là. Je me méfie.

–          C’est quoi son problème, alors ?

–          Pardon ?

Ah Lizzy, pauvre ignorante ! Ne sais-tu pas que si un mec est célibataire ET mignon il cache forcément un problème !

–          Ben il est mignon, il est célibataire… c’est quoi son problème ?

–          Rien, il a aucun problème, Mr. Poke… Vraiment…

Je passe donc la soirée à discuter avec lui – avec ma subtilité légendaire, j’invente des prétextes abracadabrantesques pour m’avancer peu à peu vers la place sur le canapé juste à côté de lui –, il me semble que le courant passe plutôt bien. Rentrée chez moi, je l’ajoute sur Facebook. Il m’accepte (encore heureux, vous me direz !).

Et c’est là que je vais parler des réseaux sociaux. (parce que c’est pour ça que j’ai décidé d’écrire cet article, après tout) Mr. Poke est le genre de mec accro à Facebook, toujours en ligne. J’ai envie d’aller lui parler, mais Greg me dit que je ferais mieux de m’abstenir. Quoique, Greg, j’ai de plus en plus l’impression qu’il n’a pas toujours raison. Genre F., il ne l’a jamais vu venir. Greg, il a jamais dit dans son livre « un jour, vous serez dans une relation où le mec sera adorable et fou de vous, où tout se passera à merveille et où vous recevrez un texto de rupture sans que vous voyiez rien venir ».

Greg, il dit qu’il faut jamais faire le premier pas avec les mecs, que ça mène forcément à une relation foireuse. Sauf que K., F. et Wolf ont fait le premier pas avec moi et ça s’est terminé de façon foireuse. Et avec A.E., par exemple, c’est moi qui ai fait le premier pas, et c’était une relation très sympa qui s’est finie d’un commun accord et dont je n’ai gardé que des bons souvenirs. Alors peut-être que Greg a tort sur ce point… d’autant plus que beaucoup de mecs de mon entourage s’affirment ne pas être d’accord avec Greg… ils affirment qu’un mec peut être simplement « timide ». Mais après tout qu’est-ce qu’ils en savent, ces mecs de 20 et quelques piges totalement immatures ?

Alors je décide de désobéir à Greg, mais à moitié : donc, je poke. Mon premier poke date de mardi dernier. Contre toute attente, il a répondu à mon poke. Alors, je l’ai re-poké. Et ça fait déjà une semaine que ça dure. Dès que nous sommes en ligne, nous nous pokons. Pourtant, accros à Facebook tous les deux, nous sommes souvent en ligne au même moment, mais personne n’est allé parler à l’autre en premier. C’est limite devenu une sorte de jeu entre nous. Du genre « tu me tiens, je te tiens par la barbichette, le premier de nous deux qui rira aura une tapette ». Sauf que là, la barbichette, c’est le poke, le rire, c’est la conversation, et la tapette, c’est la perte de la fierté.

Pour ouvrir un peu plus le débat, je tiens à rappeler que le poke a une double signification (cf. le groupe Facebook expliquant la signification du poke) :

  • Tape amicale sur l’épaule : style wizz sur MSN, où la personne veut juste te dire « je suis là ». C’est un moyen de faire coucou sans vraiment dire coucou. En somme, « je te poke » ça veut dire « je suis une feignasse ».
  • Flirt, voire plus si affinités : apparemment, on poke quand on flashe sur quelqu’un et c’est un moyen de se faire remarquer

Encore faut-il savoir quelle interprétation du poke Mr. Poke  a choisie.

De toute façon, je le revois à un apéro avec Lizzy et d’autres mercredi, je vous donnerai la réponse à ce moment-là. La suite au prochain épisode, pour ainsi dire.

N’oubliez pas de voter au sondage de janvierfévriermars (qui finira, comme son nom l’indique, le 1er avril, vous n’avez donc plus que quelques jours).

Et votez pour moi au concours Cosmo (je rappelle que vous pouvez voter tous les jours):

Vous pourriez aussi aimer...

19 Commentaires

  1. Tu vois comme je ne suis plus à la page…j’ignorais même qu’on pouvais encore poker sur FB, je croyais même que la fonction avait disparu !

  2. Ca n’aurait pas été plus simple d’échanger vos numéros de portable à la soirée ?

    1. Effectivement, mais il m’a pas demandé le mien et moi, Greg m’a interdit de lui demander le sien!

  3. Je n’aurais jamais eu la patience de poker en retour autant de fois… Perso, quand je suis pokée, je retourne le poke juste pour faire plaisir à l’autre, alors pour moi, ça ne veut rien dire de poker quelqu’un ou d’être pokée…
    La prochaine étape c’est le like sur un de ses statuts ?

  4. Consternant mdr. J’ai juste quelques questions: Comment ? Pourquoi ? Le comment du pourquoi ?
    Ce serais pas Toi, je me poserais plus de questions. J’imagine donc que les célibataires (endurcis) sont condamnés à ne pas pouvoir toujours maitriser le début d’une histoire.
    Au moins c’est bien, on est curieux de connaitre la suite ;-) Désolé je ne peux pas mettre ça dans mon article: pour l’instant y’a rien.
    Allez je pourrais vous caser dans la case “couple touche-pipi” et encore ? Vous êtes même pas “officiellement “ensemble :-)

    1. Couple touche-pipi officieux à sens unique?

  5. Pokons pour l’avenir. x)

  6. Bon, comment cela a t-il fini ce petit jeu ??

    1. Nullement. Il n’accorde aucune signification au poke en fait.

      1. En fait c’est un chiant slahs gros lâche ce type lol !

        1. Ouais. Comme tous les types.

  7. Tout à fait !

  8. Je poke personne et personne me poke, comme ça c’est réglé.
    Mais j’ai pas l’impression que ça veuille dire quelque chose en vrai… Si ?

    1. Ben malheureusement pour moi je crois que Mr. Poke partage ton opinion… ^^

      1. Cela veut donc dire qu’il n’y aura jamais de suite ?! Pas de nouvel épisode, rien ? On aurait quand même voulu savoir au moins comment ça se fini !.. Y’a même pas eu de tentative(s) “d’échange(s)” ?

        1. Ben non :( on s’est plus du tout parlé, il a pas cherché à me contacter, j’en ai conclu que “he’s just not that into me” et j’ai lâché l’affaire.

  9. Du nouveau sur la situation: Mr. Poke m’a supprimée de ses amis Facebook… j’avoue j’ai pas trop compris pourquoi… (il a gardé tous les gens qu’il avait rencontrés à cette même soirée, et moi bim il m’a supprimée lol)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *