Ruptures

Veni, vidi, rupti

Oui j’adore mettre des titres débiles à mes articles.

Les gens ne savent PAS rompre. C’est un fait. Si les gens savaient s’y prendre, je ne dis pas que le monde des Bisounours régnerait, mais je suis persuadée que l’incommensurable quantité de haine dont bénéficie aujourd’hui notre monde serait réduite. Car au lieu de s’en vouloir toute la vie pour s’être fait plaquer, on ne s’en voudrait que pendant quelques mois. Car plaquer deviendrait simplement plaquer, et non humilier la personne et lui enfoncer des talons aiguille à l’endroit où ça fait le plus mal (et le fait que j’emploie des talons aiguille pour servir à ma métaphore ne signifie en rien que la personne qui les enfonce ne peut pas être une machine à spermatozoïdes ambulante). Si les gens arrêtaient de rompre comme des cruches, le monde se porterait mieux car il serait privé d’individus lâches et abrutis comme K. Enfin ils existeraient toujours (je pense, hélas !), mais ils iraient foutre le bordel ailleurs que dans les sentiments amoureux des pauvres filles. L’application de ces règles est difficile au début, quand on se trouve confronté à la situation, mais croyez-moi, au final ça vaut le coup. Enfin je pense.

1. Evitez les clichés. De ce point découlent pratiquement tous les autres points. La science de la rupture est pleine de clichés et il convient de les abandonner un par un.

2. Faites-le en face. Tant que possible. Je veux dire, si vous rompez avec un mec qui vient d’emménager à Tombouctou, peut-être qu’amener vos fesses au Mali juste pour lui briser le cœur, ça vaut pas vraiment le coup. Pareil dans l’autre sens : si vous sentez qu’il doit abandonner sa tante venue de Russie pour trois jours au beau milieu des Galeries Lafayette pour venir vous rejoindre et par la même occasion, se faire plaquer, ça vaut pas vraiment le coup non plus (cf. Le dictionnaire du plaquage). Dans ce cas, il vaut mieux soit attendre (et encore une fois, de la durée de l’attente dépend le fait si l’attente vaut vraiment le coup), ou rompre par écrit ou par téléphone. Personne ne vous en voudra de ne pas rompre en face si vous ne pouvez pas faire autrement. Premier cliché de la rupture à mettre à la poubelle : ne pas rompre en face ne fait pas nécessairement de vous une lâche. Comme je l’ai précisé dans mon article Pourquoi devez-vous rompre ?, ayant rompu avec I. en cessant de lui écrire et en espérant qu’il comprenne tout seul (chose qu’il a faite d’ailleurs), je ne suis pas vraiment en mesure de donner des leçons de courage à qui que ce soit.

3. Soyez resplendissante. Toutes ces conneries sur « faut pas être trop jolie, ça le rendra fou d’amour, gnagnagna » sont, comme leur nom l’indique, des conneries. Qu’est-ce qui est le plus important pour vous – protéger le petit cœur fragile (laissez-moi rire) d’un pauvre type ou préserver dans l’esprit dudit pauvre type l’image d’une vous élégante à la Lady Di ? C’est pourquoi le dernier rencard doit être aussi travaillé que le premier. Vous vous souvenez, la première fois que ce loser vous a *enfin* remarquée et que vous avez passé la journée dans la salle de bains juste pour ça ? On remet ça : épilation (j’éviterais le maillot si j’étais vous – ça pourrait être une bonne raison de refuser le sexe post-rupture, enfin sauf si vous en voulez, bien sûr), manucure, pédicure, coiffure, maquillage, parfum, crèmes hydratantes, décolleté, talons, sac de marque (ou contrefaçon, faute de moyens). Pensez-y ainsi : si jamais il sort son appareil photo et il dit qu’il veut prendre une dernière photo de vous (ne m’est jamais arrivé, mais il y a un début à tout), vous devriez pouvoir dire « mais avec plaisir ». Et imaginez que cet appareil photo prend des photos super-détaillées, comprendre : on camoufle ce petit bouton, on efface ces cernes, on rase ce poil rebelle dans le creux de l’aisselle.

4. Soyez méchante. Exemple : en rompant avec moi, K. (oui oui encore lui) m’a dit « tu es jolie, tu as de la conversation, tu me plais beaucoup, tu es tout à fait mon genre de nana ». Là vient la question inévitable : « Et tu me plaques pourquoi, au juste ? ». (Je ne savais pas encore à l’époque que la vraie raison était « Parce que ta pote est plus jolie, elle a plus de conversation, elle me plaît plus et elle est davantage mon genre ») Non seulement vous risquez de passer pour une conne, mais surtout, la gentillesse dans la rupture est une façon de permettre au pauvre type d’espérer revenir vers vous à un moment ou à un autre. Dites-lui que ça n’arrivera pas. N’hésitez pas à mettre la vérité toute nue sur la table : genre, « tu embrasses comme une vache », « je sais pas qui t’a appris où se trouvait le clito, mais c’est pas là », « je me suis réveillée un jour et je me suis dit que t’avais quand même une sale tronche », « ton meilleur ami est beaucoup plus sexy que toi », ou alors le classique et indémodable « je ne t’aime pas, je ne t’ai jamais aimé et je ne t’aimerai jamais ». Il vous détestera, sur le coup, sûr. Mais de un, arrêtez de vous voiler la face, il vous détestera quoiqu’il arrive – vous venez de briser son ego et de vous taper une diarrhée explosive sur les morceaux, merde quoi. De deux, une machine à spermatozoïdes ambulante qui vous déteste en silence vaut mieux qu’une machine à spermatozoïdes ambulante qui s’accroche à vous comme une sangsue et vous suit comme votre ombre. Si vous n’êtes pas convaincue de ce que je raconte, je vous conseille de regarder l’épisode de Cougar Town où Courtney Cox rompt avec Josh, son mec super canon et deux fois plus jeune qu’elle (bon, rompre avec ce mec était une connerie, mais mis à part ça, l’épisode dit des trucs très vrais – qui a dit que les séries télé ne représentaient jamais la vraie vie ?). Surtout que si vous lui laissez la possibilité de croire que vous avez des bribes de sentiments pour lui, il pourra tenter de vous ramener en menaçant de se suicider ou de devenir héroïnomane (oui S. c’est à toi que je parle). Dans ce cas, faites-lui comprendre que vous n’en aurez rien à faire s’il se suicide (j’espère pour vous que ce n’est pas la vérité, je n’enseigne pas la cruauté, je n’enseigne que la pseudo-cruauté !), et croyez-moi il ne le fera pas. Le suicide n’est rien d’autre qu’un appel au secours ; s’il sait que la personne dont il veut le secours ne viendra même pas à ses funérailles, il y réfléchira peut-être à deux fois.

5. Ne lui permettez pas de rester amis avec vous. Par pitié !! (pour en savoir plus, cf. I want your love, I DON’T WANNA BE FRIENDS !) Enfin, normalement, si vous avez respecté le point 4, une telle envie ne devrait pas lui passer par la tête, mais on ne sait jamais, on n’est jamais à l’abri de sortir avec des masos (indice : si votre mec aime que vous lui mettiez des menottes et le frappiez avec un fouet, il voudra probablement rester ami avec vous malgré votre méchanceté). Il faut être ferme là-dessus : c’est non. Si c’est vous qui rompez, pas besoin de supprimer son numéro de votre répertoire : vous en aurez besoin, pour voir que c’est lui qui appelle et pour pouvoir filtrer ses appels. Si vous sortez avec un mec qui donne l’impression d’avoir plus de deux cellules grises (peu probable, mais on ne sait jamais), attendez-vous à ce qu’il s’en rende compte et vous appelle en masqué. Alors, pour être sûre, ne répondez plus aux numéros masqués non plus. Si vous vous apercevez qu’il pourrit votre profil Facebook en commentant vos statuts, vos photos et en aimant les commentaires que vos amis laissent sur vos statuts et photos, virez-le de vos amis Facebook, mais seulement en dernier ressort, parce que ça se verra. Attention tout de même : quand je dis que vous ne devriez pas être amis, je veux dire pas sur le moment. Il se peut que vous reveniez l’un vers l’autre plus tard, mais il faut laisser les choses se faire d’elles-mêmes. Une question qui revient souvent est : que faire si vous et votre ex êtes dans un même groupe d’amis qui se retrouve ensemble sans arrêt ? (l’exemple récurrent est, évidemment, le duo Ross et Rachel dans Friends) Car si vous refusez de vous voir, ça pourrit la vie de vos amis, et vous ne voulez certainement pas que ça arrive ! Bon, la solution la plus simple aurait été de ne pas sortir avec un de vos amis, mais si vous vous posez la question, c’est qu’il est trop tard, alors il ne vous reste plus qu’une chose à faire… Acceptez de le voir, mais parlez-lui le moins possible ; ne vous intéressez pas à son boulot, à sa famille, à ses amours, à sa santé. Ne réagissez pas à ce qu’il dit, mais ne faites pas de scène non plus pour ne pas agacer vos amis (genre dites-lui bonjour pour ne pas passer pour une sorcière aigrie). Demandez-lui de vous passer le sel si vous avez absolument besoin de sel (à la place de votre ex, je pense que je sauterais sur l’occasion pour vous envoyer le sel en plein dans les yeux, donc à votre place à vous, je mangerais mes frites sans sel – et en plus c’est meilleur pour la santé), mais à part ça, minimisez le plus possible vos temps de conversation. N’obligez cependant pas vos amis à prendre parti : par exemple, ne vous énervez pas si un de vos amis dit qu’il va passer la soirée avec votre ex. Contrairement à ce qu’affirme Wallowitz dans un épisode de The Big Bang Theory, personne n’a besoin de choisir un clan. Et forcer vos amis à le faire n’aboutira qu’à une seule chose : leur faire voir votre ex derrière votre dos, et je doute que ce soit ce que vous vouliez.

Mis à part éviter les clichés, il y a une chose très importante à retenir sur la rupture : il faut rompre dès que vous sentez que votre relation se dégrade, dès que vous avez l’impression qu’il risque de le faire en premier. Ça paraît être une règle toute bête là maintenant tout de suite. Mais croyez-moi, le jour où vous serez dans une relation avec quelqu’un qui vous plaira vraiment, vous ne voudrez pas vous avouer que la relation se dégrade et vous aurez envie de prolonger cette relation de ne serait-ce quelques minutes. Pire : vous chercherez des explications (chose à ne surtout pas faire, c’est Greg qui l’a dit !).

Quand, après des sentiments enfouis au plus profond de vous concernant une possible dégradation de la relation, il vous enverra un texto avec « il faut qu’on parle », au lieu de répondre « je te quitte » de façon raisonnable et censée, vous accepterez de parler avec lui parce que, après tout, il peut avoir envie de parler de différentes choses avec vous. L’idée vous effleurera même peut-être qu’il veut enfin vous avouer qu’il est amoureux de vous, ce qui est tout simplement merveilleux parce que vous êtes amoureuse, vous aussi. Et même si vous aurez déjà envie de pleurer, une partie de vous espérera encore voir un bel avenir avec des lapins roses et des arcs-en-ciel. Détrompez-vous : « il faut qu’on parle » est le plus souvent un prélude au « je te quitte », et pour éviter de lui faire dire « je te quitte » en premier, coupez le problème à la source et quittez-le immédiatement. Dix minutes supplémentaires d’une relation – relation qui est, de toute façon, un mensonge à partir du moment où le « il faut qu’on parle » arrive avec ses chaussettes puantes et ses sabots boueux – ne sont pas plus importantes que votre orgueil. L’amour est une guerre, la rupture son point culminant, et votre orgueil est le territoire que vous défendez. (cf. A l’Ex rien de nouveau)

C’est plus difficile à dire qu’à faire, et moi-même, connaissant pourtant cette règle sur le bout des doigts, j’ai succombé au piège du « il faut qu’on parle » prélude au « je te quitte » – je savais que ce serait le cas, et pourtant, j’ai osé espérer, durant quelques minutes, que le « il faut qu’on parle » serait un prélude au « je suis amoureux ». Quelle cruche, vraiment.

Continuez à voter pour moi au concours Cosmo (je pense que je n’ai plus aucun espoir de gagner, mais au moins je veux pas finir dans le caniveau de la loose!), et n’oubliez pas non plus le sondage du mois d’octobre.

Vous pourriez aussi aimer...

25 Commentaires

  1. Quand je plaque, je suis assez cruelle, hum, mais je culpabilise un peu. Enfin tu me diras, tout dépend du degré de connerie de celui que je plaque, quand même.
    Par contre, me faire plaquer, my god, j’en fais tout un drame, je te jure….!!!

  2. Je suis nulle pour laisser quelqu’un… mais alors super/hyper/mega nulle… Au final c’est limite moi qu’il faut consoler ;)
    Mais la prochaine fois, (en esperant que ça ne soit pas pour tout de suite) promis, je relis ton article pour me motiver !!!

  3. « je ne t’aime pas, je ne t’ai jamais aimé et je ne t’aimerai jamais », reprise de “je ne vous aime pas, je ne vous ai jamais aimé et je ne vous aimerai jamais” de BJ 2, lorsqu’elle se rend compte que non, ce n’est pas Marc en face d’elle mais un vieux rabougri.
    (oui, fan jusqu’au bout de la réplique ma belle ^^)

    A part ca, j’ai la chance d’être restée en contact avec la plupart de mes ex.
    En bons contacts même. On se voit régulièrement, on s’appelle, on s’écrit.
    Au bout d’un certain temps, c’est certain.

    Enfin pas avec tous.
    Il y en a qui m’a carrément rayée de sa vie.
    Ce qui est très difficile vu que….. on a un peu nos meilleurs amis en communs…. Mais heureusement il n’est pas dans la même ville que moi. Donc on se voit assez rarement finalement.

    Un jour, je te raconterai l’histoire :)
    (si tu veux ^^)

    1. bon ben je te maile ca dans le week end.
      Mais ca restera entre nous, hein ?! ^^

  4. hiii moi je suis trop nulle pour draguer.. mais bon j’évite les clichés.. c’est déjà ça! Après oui je suis d’accord quand ça va pas faut quitter la personne mais c’est pas si simple.. quand on aime..on adore s’embourber dans la relation..

  5. La pire manière dont on m’a plaquée ce fut le jour du Nouvel An, le pire c’est que le gars m’a dit “c’est pas toi, c’est moi”. Ouais ben t’aurais pu attendre le 2 janvier, connard.

    1. En fait, le truc c’est qu’il m’ fait louper une super fête, j’ai broyé du noir toute la soirée, forcément.

  6. N’empêche, le “je ne t’aime pas et je ne t’ai jamais aimé”, c’est un gros mensonge – sinon, on aurait pas été avec lui! – pourquoi finir une relation qui avait surement de beaux côtés par un mensonge aussi affreux ?! Je préfère être sincère jusqu’au bout et dire “je t’ai aimé mais ça ne va plus”.

  7. Merci pour ces conseils, j’espère que je n’aurais pas à les utiliser ;)

  8. J’ai connu “la glue” !! Pour lui faire comprendre que je ne voulais absolument plus rien avoir à faire avec lui, j’ai dû refuser à un fleuriste le bouquet qu’il m’avait envoyé pour mon anniversaire… Jamais je n’avais mis un commerçant dans un tel embarras ! (et une telle incompréhension sans doute). Enfin c’est Madame son épouse qui a dû être contente parce le fleuriste ne pouvant pas normalement pas garder les fleurs (puisque déjà payées), je les lui ai offertes pour qu’il les offre à son tour à celle qui partage sa vie.

    Voilà comment on se taille une réputation de garce !!

  9. Et bien perso, je me dis que les fumiers que j’ai connu m’ont aidé. ;-)
    Ils permettent d’apprécier les mecs “bien” . :-D

  10. J’ai eu du bol jusqu’à présent. Mon premier mec m’a trompée donc y a pas eu besoin de chichi pour quitter Monsieur (et il n’avait pas intérêt à en faire) et le dernier en date, il a attendu que je sois à 200km de lui, dans le train, pour me le dire par texto mais bizarrement, ça ne m’a absolument pas étonnée de lui… Par contre, faut qu’on m’explique pourquoi ces deux-là (alors que plusieurs années sont passées) cherchent toujours à reprendre contact avec moi alors que je passe mon temps à les envoyer chier/ignorer…

  11. encore quelques bons conseils à retenir ;) pour ma part, je déteste rompre, je trouve ça super difficile. Mon ex avec qui j’ai vécu 2 ans (sur 3 ans de relation), j’ai du lui demander de partir et punaize j’en ai souffert de devoir le faire, j’ai eu beaucoup de mal à prendre l’initiative de le lui dire, j’avais l’impression d’être une vilaine méchante pas belle, alors qu’au final, il profitait juste de la situation, c’est à dire, vivre sous mon toit, malgré le fait que notre relation était définitivement morte et enterrée. Moment difficile mais après le soulagement… et avec le recul, je pense que le plus lâche des deux finalement c’était surement pas moi !!!
    Bisous ^^

  12. Je suis tout à fait d’accord avec toi, surtout concernant cette monumentale escroquerie de rester ami. Un piège a retardement

  13. bon, et bien après cette belle leçon, j’en connais plus ‘une qui va dédramatiser sa rupture !

  14. En fait, lors de l’annonce pour plaquer un mec je suis sympa, neutre, etc, mais quand le mec relance je l’envoi péter grave! Je ne supporte pas de me répéter !!! lol

  15. J’adoooore!!!! Et svp le “restons amis” on sait que c’est faux alors stop!!!

    Je dois avouer que quand je romps j’essaye d’etre gentille, calme mais je reste sur ma décision pour ne pas laisser espérer ça me fait toujours mal au coeur mais j’essaye d’etre directe…

  16. d’accord avec toi, il vaut mieux être “méchante” car comme ça les choses sont claires…
    Pour la personne qui rompt ça la conforte dans son choix et pour celui (celle) qui est quitté(e), au moins les choses sont claires et ça ne sert à rien d’espérer, le “travail de deuil” se fait plus facilement quand on sait que c’est mort! Et pis, comme tu dis, il est plus facile de passer à autre chose avec quelqu’un contre qui on a la haine (un peu que même… :0)) ) qu’avec quelqu’un qui en fait est sympa et qu’on pourra peut-être réussir à reconvaincre et reconquérir (l’espoir fait vivre…)
    Et puis, surtout, le fait d’être trop gentil lors d’une rupture a un côté condescendant juste nul, pas besoin d’en rajouter.. Genre, un de mes mecs, en me quittant m’a dit que j’étais une fille super, drôle et qu’il ne se faisait pas de doute que je retrouve quelqu’un qui me corresponde mieux rapidement (genre, il assure le service après-vente ?) et là il m’a sorti la phrase qui finalement m’a redonné le moral direct , m’a fait me dire qu’en fait ce type était un pauvre type et que effectivement, j’allais trouver rapidement mieux : “tu sais, des types comme moi y’en a plein, t’inquiètes pas”…. bon là, j’ai compris que c’était vraiment un gros nase et que j’aurais effectivement du le larguer la première quand au tèl il m’a dit “faut qu’on parle” (si ton blog avait existé à l’époque …. :0)) )
    Merde, mon égo quoi!

  17. C’est vrais que des fois,j’ai du mal à rompre,on a l’impression de passer pour un monstre,mais une fois que c’est fait,bah c’est fait!
    Des bisous,
    Lune

  18. Je vais être l’exception qui confirme la règle : un jour, mon ex m’a dit “il faut qu’on parle” alors je lui ai dit que j’avais compris, que ça ne servait à rien de parler, que ça voulait tout dire. Alors qu’en fait, il ne voulait pas rompre avec moi. Mais il ne voulait pas non plus m’annoncer une bonne nouvelle. Je pense qu’il était trop lâche de toute manière pour oser rompre de lui-même…

    Mais c’est vrai qu’avec tous les autres, généralement cela voulait signifier la volonté de rompre, et d’ailleurs moi-même j’ai utilisé cette formule avant de mettre fin à une relation ;-) .

  19. Hmmm j’ai déjà largué pas très joliment, mais souvent c’était des relations fraiches, de quelques jours ou semaines, alors.. ça fait moins mal, hein ? lol
    Mais je l’ai jamais fait juste par sms.. (euh, j’ai un doute, je l’ai peut être déjà fait par mail, oups).

    Personne n’est parfait ! lol

  20. A voté :-)

    En tout cas, c’est un bon article qui est criant de vérité (pour le peu d’expérience que j’en ai…) !

  21. Le problème c’est que je suis un modèle “gentille”, et ça c’est vraiment à travailler. Parce que les hommes qui m’ont larguée/que j’ai largués, en réalité je n’en regrette aucun. Il y a eu M. Traces de freinage, M. intelligence limitée, M.étoile de mer (eh oui ça existe aussi), M. je sniffe du pop up et suis bourré tout le temps, et pourtant je n’ai jamais collé ça dans les dents à aucun. Limite je les congratule et leur fais une caresse avant de les laisser partir ! Et pourtant dans le cas où ils m’ont quittée, j’ai quand même trouvé le moyen de me trouver misérable, et leur en mettre plein la gueule m’aurait permis de passer plus vite à autre chose. Surtout un des derniers, que j’ai quitté, qui est revenu la bouche en cœur et m’a sorti ses violons, avant de m’envoyer un mail foireux une semaine plus tard, malin c’est lui qui en est sorti avec les honneurs !
    En gros oui, foutons nous en boule, faisons leur un peu de mal s’ils le méritent, c’est avec nous qu’on doit être gentilles !

  22. hummm… c’est facile de rompre quand tu as été clair dès le départ. sinon, c’est mort. les “je t’aime à la vie”, et 15 jours après “finalement je voudrais consacrer plus de temps à mon chat / nettoyer ma cheminée / apprendre le mandarin” (barrer la mention inutile) c’est nul. On peut très bien flasher sur quelqu’un sans que ça dure pour la vie… J’essaye de ne pas faire (trop) de mal. Inévitable, tu me diras. Mais j’essaye. et surtout pas par mail ou texto !

  23. Je viens de rompre avec A. ça c’est fait par téléphone. Faute de pouvoir se voir. Ce con ne pouvait pas se déplacer parce qu’il avait une soirée et qu’il était en retard. Je lui ai dis que je ne voulais pas faire ça au tél et que je préférai qu’on se voit mais bon…ça ne pouvait plus durer. En même temps je ne pouvais pas rester avec un gars qui me dit qu’il n’a pas le temps d’avoir une relation sérieuse avec une fille, parce qu’il ne peut pas lui accorder plus d’un jour dans la semaine en raison de la tonne de boulot qu’il a et du fait qu’il voit souvent ses amis…
    J’ai eu mal au coeur mais ça commence à passer. Je ne pouvais pas revivre cette situation déjà vécue (s’attacher à un mec, alors qu’il n’y a pas de retour mais espérer tout de même un changement)comme il y a 9 mois où mes amis m’ont ramassée à la petite cuillère. La seule réponse qu’il a su me donner fut “qu’est ce que tu veux que je te réponde” bon bin salut!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *