Rencontres

Manège et Womanège, partie 2

Dans mon article Manège et Womanège, partie 1, je vous ai raconté comment j’ai été contactée par l’émission Tournez Manège, la merveilleuse émission qui consiste à chercher des âmes sœurs aux gens. Le merveilleux piège à cons, en d’autres termes. Dans l’épisode précédent, on s’était arrêtés au moment où J., un type à la voix gentiment sexy, m’a dit « Rendez-vous à 18h pour le casting ».

Et je me suis habillée. Quand même. J’ai mis une robe que j’ai récemment acheté en Chine, et de toute façon, comme il refera plus beau avant le mois de mai, je me suis dit qu’autant la mettre maintenant (parce que j’allais quand même pas la mettre à la fac). C’est une robe que j’aime beaucoup, blanche et rouge, avec des superbes fleurs dessus, et une coupe façon pin-up. Et moi, tout ce qui a attrait aux pin-up, j’aime. Et je mets des ballerines, on sait jamais, vu comment J. s’est offusqué quand j’ai dit que je préférais les grands, je vais peut-être pas remuer le couteau dans la plaie en perchant mon 1m72 sur des talons. Dans la foulée, je me dis que ça serait quand même mieux si j’avais des ballerines blanches, qu’elles iraient mieux avec ma robe. Et puis je me rappelle que mon sac Louis Vuitton est noir, donc ça va avec les chaussures. Donc ça va.

J’arrive donc à l’endroit indiqué, et là ma première réaction est : si on m’avait demandé de dessiner  l’endroit où TF1 fait ses castings secrets, je n’aurais pas dessiné ça. C’est un immeuble tout ce qui a de plus banal, j’aurais très bien pu habiter dedans, il n’y a la plaque de TF1 nulle part. Au début, je me dis que ça doit être un repère de violeurs qui m’ont attirée là pour abuser de moi. Après, je me ravise. De un, il n’y a pas de tag REPERE DE VIOLEURS sur la porte. De deux (heureusement qu’il y a un « de deux », parce que le « de un » tout seul, bon…), la plupart des violeurs ne sont pas au courant que j’ai rempli le formulaire pour participer à Tournez Manège. Parce que je ne l’ai dit à personne.

J’arrive, je demande J., et il arrive dans deux minutes. Ça change sacrément des entretiens d’embauche où ils me font attendre dix minutes (pour ne pas m’embaucher, soit-dit en passant). J’avais raison, comme quoi j’ai le feeling pour les détecter, les machines à spermatozoïdes ambulantes en modèle réduit. Même en ballerines, J., je le dépasse largement. Mais sinon, il a l’air sympa : blond, binoclard, avec des boucles d’oreilles.

Il me fait entrer dans une petite pièce un peu bizarre, apparemment c’est un studio, bon moi j’en savais rien, je ne fais pas une taille 34 donc je n’ai jamais été mannequin. Il me donne une ardoise sur lequel il y a mon nom, mon prénom, mon âge et mon numéro de téléphone, et me prend en photo avec. Il me dit de sourire. Heureusement que j’ai utilisé une bobine entière de fil dentaire sur mes dents une demi-heure plus tôt. Je souris. Quand on tient une ardoise avec son nom et qu’on est obligé de sourire, c’est vraiment un moment de notre vie où on se sent très con.

Après, il me fait asseoir sur une chaise, et me pose tout un tas de questions. Ce sont, en gros, les mêmes que celles qu’il m’a posées par téléphone dans l’article précédent (c’est à se demander pourquoi il se fait chier à les poser deux fois). Il me prévient qu’il faut faire preuve de dynamisme, et ce dès le début, parce que les premières secondes sont déterminantes. Comprendre : si vous ne nous plaisez pas au bout de cinq secondes, on ne regarde pas la suite, faut pas déconner, on a Secret Story à regarder. Je mettrai ma main à couper que c’est à interpréter comme ça, et je sais interpréter les phrases de rupture que balancent les mecs (cf. Le dictionnaire du plaquage), alors a priori je sais aussi interpréter celles de TF1.

« Et quand je saurai que je suis prise ? », je demande. J. soupire : il en sait pas grand-chose, en fait. « On peut vous rappeler dès la semaine prochaine, mais en gros, si on vous rappelle pas en un mois, c’est qu’ a priori, vous n’êtes pas… oh et puis non, ça dépend, j’en sais rien en fait ». D’accord, je suis avancée avec ça, je vais pouvoir faire Le plus grand quiz de France avec cette information. Je signe tout un tas de paperasse où je dois mettre mon nom quinze fois. Moi qui croyais qu’au bout de la première, ils auraient compris. Mais c’est TF1, alors ils ont du temps de cerveau humain disponible.

Au début, tout se passe bien, je dis « Bonjour » d’une voix super enjouée, et puis, quelque part au cours de la première minute, je me dis « merde, je regarde pas la caméra ». C’est bizarre de se dire un truc pareil, et pourtant, un de mes défauts, c’est que j’ai le regard fuyant. Ce n’est pas parce que je suis une menteuse ou quoi que ce soit, mais je crois que ça me met mal à l’aise de regarder les gens dans les yeux. J’essaie de me contrôler en entretien, mais ce n’est pas toujours évident (ce qui explique peut-être pourquoi je me suis fait jeter par la plupart des entreprises). Pas grave, je me reprends, je ne fais que regarder la caméra. Sauf que les premières cinq secondes au bout desquelles je suis jugée sont finies, mais c’est pas grave. Comme j’ai dit à J. moi-même, je suis apprentie et j’ai passé l’été à chercher du boulot. J’ai donc l’habitude de me faire jeter d’endroits divers et variés.

Dernière étape : de nouvelles photos. De face, de profil, et même de dos. Je commente la situation, un peu gênée : « On dirait que je fais des photos pour aller en prison ». J. rigole. C’est bien, c’est pas un relou au moins, mais il est petit, alors pour moi, ça passe pas. Ne vous moquez pas. Mon amie Bouddha aussi se moquait du fait que je sois aussi discriminante avec les petits mecs, mais le jour où elle s’est fait aborder par un mec plus petit qu’elle, elle n’a pas hésité à le rembarrer pile pour cette raison-là ! C’est juste que moi, étant plus grande qu’elle, je rembarre plus de mecs. Mais c’est le même principe.

Je rentre donc chez moi après, et j’oublie totalement le casting. Le surlendemain, mon iPhone vibre comme un forcené. Je regarde le numéro et je me dis tiens, on dirait celui de Tournez manège, mais ça peut pas être eux, ils m’ont dit la semaine prochaine au plus tôt. Je décroche, et j’entends : « Bonjour, c’est Vieille Pétasse Dynamique de Tournez manège ». (Vielle Pétasse Dynamique étant bien évidemment un pseudonyme, et je peux pas mettre d’initiale parce que j’ai même pas compris son prénom) Comment, déjà ? Oui, déjà. Apparemment ils veulent voir quand je suis disponible pour un tournage !

C’est là que les choses se compliquent. En fait je comprends pourquoi les autres candidats de Tournez manège n’arrivent pas à se trouver d’âme sœur : ce sont des no-life. Ils ne travaillent pas, ils ne vont pas en cours, ils restent chez eux toute la journée à se farcir les programmes de TF1, alors forcément, à moins d’avoir un fantôme qui traverse leur appart pour aller cambrioler le voisin, ils vont pas rencontrer grand monde. Paraît-il qu’il faut être disponible deux jours de suite pour un tournage. Mardi et mercredi. Au moins d’octobre. Vous en connaissez beaucoup des gens capables de faire ça ?

Oui, mais moi je suis apprentie. Je commence mon contrat d’apprentissage le 18 octobre, et ils me proposent de venir au studio le 19 et le 20. Mais bien sûr, je me vois tout à fait arriver dans mon entreprise en disant « Ouais, au fait, je suis là depuis hier, mais j’ai besoin de deux jours de congé, là tout de suite ». C’est pas du tout la porte ouverte pour se faire renvoyer ça. Et surtout, ça fait bonne impression.

Alors ils me proposent de louper deux jours de cours. L’année dernière, j’aurais dit oui sans problème. Car oui j’ai des bonnes notes, je suis bosseuse, mais je louperais deux jours de cours pour passer à la télé, c’est certain. Sauf que cette année, je suis apprentie. En d’autres termes, séchage de cours entraîne retenue sur salaire. Et je gagne déjà le minimum, parce qu’aucune entreprise qui paie plus que le minimum n’a accepté de m’embaucher.

J’explique tout cela à Vieille Pétasse Dynamique, qui fait semblant de se montrer compréhensive, alors que dans sa tête elle est en train de se dire : « Elle travaille, en plus, celle-là ! ». Ben oui, je travaille. Elle est totalement incrédule et me dit qu’elle va me rappeler.

D’ici vingt minutes, je reçois un nouvel appel. « Bonjour, c’est R. de Tournez manège ». Un Môssieur cette fois-ci. Soit leur émission est un vrai investissement, soit vraiment ils me veulent. Il me dit : « On est prêts à faire une exception pour vous, et ne vous faire venir qu’une seule journée. » Ah c’est déjà mieux. Sauf que le 20 octobre, vous êtes gentils, mais ça ne m’arrange pas. Je lui explique pour la énième fois le principe de l’apprentissage. Et le 6 ou le 13 ? Bon c’est déjà mieux, car c’est des jours de cours. Il me dit : « Oui mais on vous aime tellement, on n’a vraiment pas envie de vous perdre ». La dernière fois qu’un mec m’avait dit ça, j’avais dix-sept ans.

Je lui explique que si je ne veux pas avoir de retenues sur salaire, il me faut une bonne excuse. J’ajoute même une touche d’humour : « Si vous voulez bien me faire un faux certificat médical, ça conviendrait je pense ! ». Le pire, c’est qu’il avait l’air intéressé par l’idée. Il me dit qu’il va me rappeler, et effectivement, il me rappelle cinq minutes plus tard. Quelle efficacité, chez TF1. S’ils pouvaient faire bosser tout ce petit monde le week-end, ça arrangerait tellement de gens.

Il me dit que de toute façon, le 6 et le 13 c’est plus possible. Ce qui serait bien, c’est que les gens se renseignent avant de raconter de la merde. Donc c’est le 20. Oui sauf que je lui explique pour la énième fois, je commence mon contrat le 18. Si j’arrive en disant que j’ai besoin d’un jour de congé le 20, ça ne va pas le faire. J’ai même eu le temps d’appeler une amie entre temps, une amie qui trouve toujours que je fais passer les cours et le boulot devant le reste, et qui m’a dit que je prenais la bonne décision en refusant de venir le 20. Me voilà rassurée.

R. me dit cependant : ce n’est pas grave, on peut vous prendre pour la session de novembre/décembre, on vous rappellera. Et là, de deux choses l’une. Soit ils m’aiment vraiment à un point tel qu’ils vont effectivement me rappeler pour la session novembre/décembre. Personnellement j’ai déjà eu affaire à trop de gens qui font semblant de m’aimer pour prendre cette solution réellement au sérieux. Soit mon aventure Tournez manège s’arrête là, et tant pis, elle a rempli sa mission essentielle : des articles en or pour mon blog.

Et ça, ça n’a pas de prix. Pour tout le reste, il y a Eurocard Mastercard.

Vous pourriez aussi aimer...

13 Commentaires

  1. J’ai pas grand chose à dire sur le sujet qui m’est complètement étranger, les casting TF1 moins je les regarde entre les pubs, hein !
    Mais j’adore l’écriture, merci.

  2. Tu es sûre qu’ils ne te veulent pas comme présentatrice au moins? ils ont l’air tellement accros!

  3. Tu n’aurais jamais du dire que tu préférais les grands !! Ils ne vont te coller que des nains de jardin !! Le seul but de l’émission est de faire rire le public, pas d’assembler des couples…

  4. ah les petits ;-) )) secrètement j’espère qu’ils te rappelleront pour lire une suite… et chuis super d’accord avec bégonia, ils vont te coller des modèles réduits…

  5. Merci pour ton passage…car vraiment je viens de passer un bon moment à te lire !!!
    Tu devrais t’inventer une patte de..Schtroumpf…pour avoir tes jours !!!…MDR…
    A bientôt..future célébrité….Et bon courage pour le tournage car en principe c’est…long…long
    Car ayant participé à la roue de la fortune il y a quelques années (quand j’étais jeune !!!)…1 journée 1/2 de tournage !

    Bon courage pour les cours et le travail…

    Muriel…

  6. “la pauvre machine à spermatozoïdes ambulante en modèle réduit”, j’en peux plus tellement je me marre.
    Mais finalement je vois là l’avantage d’être petite. C’est rare qu’un homme soit plus petit que moi. Notre président peut être ? ^^

    en tout cas, t’as quand même du sacrément leur taper dans l’oeil pour qu’ils te veulent absolument. Ce qui est plutot flatteur en fin de compte, non ?

  7. J’ai la “chance” que mon homme mesure 1m81.. par contre moi c’est rasemoquette avec mes 1m65 ! Mais bon l’amour n’est pas une question de taille. Par contre, je n’en voudrais pas non plus de plus petits que moi (j’en ai déjà rencontrés, si, si !)
    Et je pense comme la plupart, TF1 ne donne pas dans le social pour repeupler la France, à mon humble avis, ils ne veulent faire que du show… déplorable. T’attends pas à un mec irrésistible si tu participes !

  8. ptdrrrrr ils s’accrochent à donf! à mon avis, y a pas grand monde qui postule, c’est pas possible ! lol
    Vivement le prochain épisode s’il y en a un! lol

  9. mdr oh oui j’espère qu’ils vont te rappeler qu’on puisse lire ça! Mais ils ont l’air de t’aimer en tous les cas! J’espère que tu tomberas pas sur un tout petit m’enfin…j’avoue que t’es grande et je suis pas sure que le casting hommes ait été fabuleux! Bon courage s’il y a suite!

  10. Ils sont forts chez TF1 … quel talent !!! :-D

    Pas contre je suis d’accord avec tes 1m72 ils vont te coller des rases-mottes …c’est le genre. :-D

  11. J’ai essayé de donner leurs chance aux gars plus petits mais ça a été plus fort que moi, je préfère les hommes grands (1m75 c’est mon minimum acceptable on va dire!)
    ça me rappelle un de mes amis qui m’a dit que, la semaine dernière, il devait relooker (il est coach) un mec de.. roulement de tambour… 1M55 !!!! (oui oui ça existe o_o!)

  12. console toi. regarde à quoi tu as échappé…

  13. Ta été rappelé du coup? J’en doute fort, sinon tu nous l’aurais dit ici. Tfaçon tu perds rien, quand tu vois les cassos qui font cette émission, et les mecs qu’ils leur trouvent. En plus Cauet est insupportable.
    Non je crois que c’est mieux comme ça finalement. Au pire tu pourras tjs faire Carré Viiip si tu veux passer à la télé, parcke là niveau QI, on est servi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *