Culture, Séries TV

Castle: “I’d be happy to let you spank me”

Résumé : Richard Castle jongle entre une vie de père célibataire élevant seul une fille adolescente, et une vie de célébrissime auteur de romans policiers slash coqueluche de toutes les femmes. Ses caractéristiques principales sont un humour coquin, une immaturité omniprésente et un sourire irrésistible. Dans un tout autre coin de New York, Kate Beckett, détective au NYPD, semble être tout ce que Castle n’est pas – responsable, sérieuse, impassible, et surtout pas séductrice pour un sou. Leurs chemins vont pourtant se croiser…

Au sein d’un meurtre sur lequel Beckett enquête, le corps a été disposé de façon étrange : recouvert de pétales, avec des fleurs sur les yeux. En fervente lectrice, elle reconnaît immédiatement une disposition du corps qui apparaît dans un des bouquins de Castle et le convoque au poste pour l’interroger. Elle ne sait pas que ce sera le début d’une collaboration entre elle et lui, parfois à ses dépens, souvent pour le meilleur et pour le pire.

Beckett réussira-t-elle un jour à s’accommoder du caractère infantile de Castle ? Castle réussira-t-il à prendre quoi que ce soit au sérieux ? Et le plus important, Castle et Beckett s’avoueront-ils un jour les sentiments qu’ils semblent développer l’un pour l’autre ?

Mon avis : Demain est le jour de la première de la saison 3 de Castle aux Etats-Unis, et je ne pouvais tout de même pas rater l’occasion d’écrire un article sur cette série afin de mieux vous préparer à ce qui vous attend. Pour résumer : cette série, je l’adore. Par beaucoup d’aspects elle me rappelle Cold Case, même si ce n’est pas le principe de la série d’aller déterrer des meurtres commis quelque part au cours du mésozoïque ; mais les nombreuses tournures qui surviennent sans arrêt, au moment où on s’y attend le moins, c’est du Cold Case pur.

Sauf que Castle présente deux éléments en plus, à savoir : des victimes tuées des manières les plus étranges qui soient (cachées dans la machine à laver, suspendues par des menottes et recouvertes de caramel.. .), ainsi qu’un jeu de séduction récurrent entre Castle et Beckett. Les citations à double connotation sexuelle pullulent ; Beckett, qu’on prenait pour une fille froide et asexuée au début de la série, entre peu à peu dans le jeu de Castle. You know, we could always just cuddle, Castle…

Tel est pris qui croyait prendre, comme on dit.

Les plus sériphiles d’entre vous remarqueront certainement que Nathan Fillion, alias Rick Castle, a entre autres interprété le rôle d’Adam Mayfair dans la saison 4 de Desperate Housewives. D’ailleurs, quand j’ai découvert Castle, j’ai enfin eu la réponse à la question de où Adam était parti alors que Katherine et lui semblaient être réconciliés : Adam est parti depuis 2 saisons, Castle a fait déjà 2 saisons, Adam est parti jouer Castle, tout simplement. (et je le comprends : moi aussi je préférerais un rôle principal dans une série qui a l’avenir devant elle qu’un rôle secondaire dans une série qui a toutes les chances de s’arrêter l’année prochaine) Seulement, dans le rôle d’Adam, Fillion ne me faisait aucun effet particulier… il était mignon certes, mais sans plus. Dans Castle, j’ai l’impression qu’il a trouvé chaussure à son pied en interprétant ce rôle. Il me fait juste fondre dès qu’il apparaît sur l’écran. Il a ce petit je-ne-sais-quoi de quarantaine sexy, chose que partage également Charlie Sheen dans Mon oncle Charlie.

Je ne connaissais absolument pas Stana Katic, l’actrice qui interprète Kate Beckett, mais quoiqu’il en soit, il me semble qu’elle a un merveilleux avenir devant elle en tant qu’héroïne de séries télé. Elle est magnifique, sexy, elle joue merveilleusement bien, et surtout, j’adore le personnage de Kate. Célibataire, pas assez de temps pour autre chose que le boulot, hyperactive, indépendante, constamment occupée…. Je pense que Kate serait une lectrice parfaite pour mon blog. Malheureusement elle préfère lire les romans de Castle. Aucun goût ! (en même temps je la comprends, Castle base un peu son personnage principal sur elle…)

Je n’ai que deux reproches à faire à cette série, qui excelle à la fois par son suspense et par son humour (pas toujours facile de concilier les deux, c’est l’un ou l’autre en général. Le premier, c’est un démarrage un peu lent. On ne rentre dans des meurtres vraiment intéressants qu’à partir de quelque chose comme l’épisode 4 de la saison 1, au début, on s’ennuie un peu. La saison 2 est bien meilleure. Le deuxième, c’est un effacement de certains personnages secondaires. Je ne parle pas de la famille de Castle, sa mère et sa fille, qui ont chacune un caractère bien déterminé et qu’on oubliera pas de sitôt. Je parle plutôt de l’équipe de flics de Beckett. Personnellement, Ryan et Esposito, les deux mecs qui aident Beckett à résoudre les crimes, on pourrait les intervertir que ça ne changerait pas grand-chose. J’ai mis une bonne dizaine d’épisodes à retenir leurs noms, et à distinguer qui était qui. Dans la saison 2, les producteurs de la série ont écouté mon opinion tacite l’espace d’un épisode, en le consacrant au passé d’Esposito. Mais à part ça, nada…

Rendez-vous demain pour la première. (enfin pour nous ça sera plutôt après-demain, parce qu’il faudra attendre que l’épisode se retrouve sur Internet)

Ma note : 4/5

N’oubliez pas de voter à mon sondage, car je veux que ce soit vous qui ayez la parole dans mon futur article!

Vous pourriez aussi aimer...

5 Commentaires

  1. Pour moi, Nathan Fillion, c’était Caleb : le prêtre frapadingue au service de La Force, dans la saison 7 de Buffy contre les Vampires…

  2. Cold Case ou les meurtres commis quelque part au cours du mesozoique… Ha Ha Ha !!!
    J’ai pense exactement la meme chose que toi, pour Ryan et Esposito!! C’est vrai qu’ils sont assez effaces…

  3. NTACvic dit :

    Attends, tu parles de quel episode ?????? Parce que je ne m’en souviens plus !! Et pourtant, tu sais a quel point j’aime cette serie (sauf vers la fin ou je trouve que Lilly a vraiment perdu la tete et ou les episodes etaient moyens).

    1. Ah, OK, c’est la suffragette… J’avais juste oublie qu’ils avaient deterre la victime…

  4. OK, en fait, ils ont pas vraiment deterre la victime… Mais il me semble que c’etait la plus vieille affaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *