Ruptures

Gagner la rupture, partie 1: Quatre profils de la plaquée

Survivre à la rupture en elle-même n’est pas suffisant ; il faut également avoir survécu à la phase de post-rupture, ce qui est beaucoup plus difficile. La rupture ne dure que quelques minutes, ou quelques heures, dans le pire des cas. La phase de post-rupture est un continuum d’espace-temps interminable. Ou tout au moins, elle paraît interminable si vous ne savez pas y survivre correctement.

Tout d’abord, vous devez retenir que comme les types de femmes qui survivent à une rupture sont au nombre de quatre.

1. La dépressive. Vous connaissez le type (peut-être même en êtes-vous une). C’est le type Susan Mayer dans Desperate Housewives. Pendant des jours, peut-être même des semaines, la dépressive ne peut pas sortir du lit. Elle écoute de la musique déprimante, ou des chansons qui lui rappellent sa relation : la chanson pendant laquelle elle et son ex ont dansé pour la première fois, la chanson pendant laquelle il lui a dit je t’aime, et d’autres conneries dans ce genre. Elle relit ses textos en boucle, éclate en sanglots dès qu’elle voit qu’il l’appelle « chou » ou « bébé » ou autre surnom ridicule et regarde leurs photos de couple dossier par dossier. Elle décrit dans tous les détails sa vie déprimante dans son journal intime. Quand ses amies lui proposent de sortir boire un verre, elle dit qu’elle n’est pas prête, elle dit qu’elle a besoin d’être seule. Une variante de la dépressive est la dépressive qui fait peur. Son but dans la vie est de faire comprendre à son ex combien il l’a blessée. Elle va l’appeler dix fois par jour en espérant qu’il se rende compte qu’il l’aime tout autant qu’elle l’aime. Elle va le supplier de revenir. Elle va afficher des cernes couleur encre de Chine et un teint de morte-vivante chaque fois qu’elle le croise pour lui provoquer une crise de conscience. Les plus courageuses des dépressives qui font peur vont même se suicider, ou plus intelligent encore : faire une tentative de suicide en s’arrangeant pour que ça ne marche pas, pour qu’il s’aperçoive combien elle est perdue sans lui. Attention cependant : certaines tentatives de suicide prévues pour se rater se ratent, c’est-à-dire deviennent des tentatives de suicide qui aboutissent. Par exemple, lorsque la fille prend tout un tas de médicaments et meurt étouffée par son vomi (oui, je sais, l’image est charmante, mais ça arrive).


2.
La kamikaze. C’est le contraire exact de la dépressive. Elle, ce qu’elle voudra faire, c’est montrer à son ex à quel point sa vie est géniale sans lui. Ce qu’elle essaiera de faire, c’est sortir un maximum avec ses amis, et pour couronner le tout, se faire prendre en photo et publier ses photos sur Facebook, pour que son ex les voie et se dise à quel point sa vie est toute pourrie comparé à celle de la fille qu’il vient de plaquer. Mais comme c’est une kamikaze, elle utilisera cette période avant tout pour faire des trucs nouveaux. Si elle a toujours voulu aller en Asie, sauter à l’élastique, faire un plan à trois, courir le marathon, braquer une banque, c’est à ce moment-là qu’elle va faire ces choses. Elle cherchera à profiter de la vie et se prouver à elle-même qu’elle n’a pas besoin de mec ; après tout, le mec l’aurait ralentie dans ces choses, lui aurait dit de pas les faire, lui aurait dit que c’était dangereux, aurait fait des crises de jalousie.


3.
La Samantha. Si vous n’avez jamais regardé Sex and the City, vous ne comprendrez pas la référence, mais je vais vous expliquer. C’est la fille qui cherchera à coucher avec un maximum de mecs en un minimum de temps. Toutes les méthodes sont bonnes pour satisfaire la Samantha. Elle rappellera ses ex. Elle se pointera dans tous les bars de la ville vêtue d’une robe décolletée jusqu’au nombril. Elle appellera tous ses amis, leur demandant s’ils n’ont pas quelqu’un à lui présenter. Elle ira même jusqu’à faire des rencontres sur Internet, chose que peut-être elle méprisait avant. Plus ils sont nombreux, mieux c’est. Peu importe la qualité, peu importe l’âge, peu importe leur revenu, peu importe s’ils lui donnent des orgasmes ou non. Du sexe, même du sexe médiocre, c’est mieux que pas de sexe du tout – ou en tout cas, c’est ce que pense la Samantha. Elle ne veut surtout pas de nouvelle relation, car malgré les apparences, la Samantha reste profondément blessée. Elle cherche des relations sans lendemain avec des mecs dont elle n’a rien à foutre. Contrairement à la kamikaze ou à la dépressive, la Samantha ne cherchera pas nécessairement à prouver ni à montrer quoi que ce soit. A moins d’être un peu timbrée, il y a des chances pour qu’elle ne fasse pas des vidéos de ses conquêtes à mettre sur Facebook. Ce qu’elle cherchera avant tout, c’est améliorer son propre état sentimental.


4.
La romantique. C’est une variante de la Samantha, mais une variante suffisamment différente pour mériter sa propre catégorie. La romantique, elle aussi, cherchera à coucher. La différence, c’est la quantité : elle cherchera à coucher avec un mec et un seul. En d’autres termes, elle cherchera une nouvelle relation, une sorte de mec bouche-trou avec lequel elle restera le plus longtemps possible – et ce, même s’il ne l’attire pas vraiment, elle se forcera. La philosophie de la romantique est que la seule façon de rendre le mec vraiment jaloux est de retrouver une vraie relation qui, en tout cas en apparence (et en général, l’ex ne va pas aller vérifier en profondeur), est bien plus épanouissante que la relation qu’elle avait eue avec son ex. Et tout comme la kamikaze, elle va chercher à lui prouver à quelle point elle est supérieure parce qu’elle a réussi à retrouver quelqu’un en un laps de temps minimal, tandis que lui est toujours seul et va finir dévoré par des bergers allemands. (cette phrase est de Bridget Jones, pas de moi)

Je pense que si vous avez saisi le ton général du bouquin, vous savez ce que je vais vous dire à présent : la dépressive, vous l’oubliez. Ce n’est pas vous. Réfléchissez-y : perdre la face totalement suite à une rupture, c’est carrément annoncer au monde entier que vous n’êtes pas complète sans un mec. Réveillez-vous ; ce n’est plus le XVIIIème siècle. Les femmes n’ont plus besoin des hommes pour exister. Pensez à ce que vous avez de positif dans la vie : des amis, un super job, des études, un chat, ou si vous n’avez rien de tout ça, allez donc vous acheter quelque chose, même si ce n’est que des boucles d’oreilles à 5€ de chez Pimkie. Vous aurez alors l’impression qu’elles donnent un nouveau sens à votre vie.

Après, concernant l’attitude à adopter pour survivre à une rupture, ni la kamikaze, ni la Samantha, ni la romantique n’ont l’attitude parfaite. Ce que je conseillerais plutôt, c’est un mix des trois, une sorte de cocktail explosif pour faire regretter amèrement à votre ex de vous avoir jamais plaquée et lui faire promettre devant tous les dieux qui existent que plus jamais il ne plaquera aucune fille, tant le karma s’est retourné contre lui.

Vous pourriez aussi aimer...

4 Commentaires

  1. Ton blog est vraiment très bien fait :)
    C’est une super idée ! :D

    Bisous
    Chloé

  2. savantefolle dit :

    Hahahaha!
    Très drôle et bon pour le moral

    :^)

  3. J’ai découvert ton blog aujourd’hui. Et quand je lis la plupart des articles ( je n’ai pas encore tout lu mais ça ne serait tarder) j’ai le sourire. C’est assez drôle de se dire qu’au final, on se ressemble toutes. Le concept du blog est orgasmique, j’apprécie vraiment de le parcourir.
    Un mot de fin, qui relaterais tes pensées : personne ne perd personne parce que personne ne possède personne.
    Je patiente pour les prochains articles croustillants. Je pense bien savoir comment je vais gérer ma récente phase de célibat.
    Merci ;)

  4. Quand le Connard m’a largué, je suis devenue une Samantha, mais pas pour le récupérer (on n’avait plus de contact, facebook n’existait pas à l’époque), pour moi, parce que j’aimais me sentir désirée, j’aimais les baisers, les caresses, les orgasmes, même s’ils ne duraient qu’une nuit. J’aimais me sentir vivante et maître de ma vie, reprendre le contrôle de ma vie en fait !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *